Vous pouvez voter pour le forum toutes les deux heures, ne soyez pas timides et votez !

Règlement
Contexte
Groupes
Bottin d'avatars
Prédéfinis
Partenariats
FAQ

Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Benjamin ! Pour votre information, je suis la fondatrice de ce forum ! Je suis absente pour le moment donc veuillez prendre contact avec un autre membre du staff.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Aurora N. ! Pour votre information, je suis administratrice sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problèmes ! Je suis disponible ici.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Orson ! Pour votre information, je suis administrateur sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problème ! Je suis disponible ici.
Les rumeurs du mois



 

Partagez | 
 [PV Etoile] Sujet numéro 4416 Lobo.
Ven 29 Juil 2016, 17:14
Invité
Invité


Une zone blanche, une table en verre sur laquelle est attaché et installé un homme. Une créature à présent hybridifié en loup. Il ne reste qu'une étape installé sa puce. L'animal est endormi et attaché sur la table. Il respire et semble en vie c'est parfait.

J'ai pour l'occasion une blouse blanche ainsi que des gants de même couleur. La salle est entièrement en asepsie grâce à une grande chaleur et des hottes aspirante. Mon matériel permettant d'ouvrir l'homme est rangé dans un sac empêchant toute entrée de contaminant. J'ouvre le sac et entreprend d'ouvrir l'homme derrière la nuque. Un apport en sang lui est donné en cas d’hémorragie. Ainsi commence l'opération.

Je suis seul dans la pièce, une petite musique classique, du Beethoven accompagne mon travail afin de me détendre et m'aider à me concentrer. J'observe le demi-loup que j'ouvre attentivement en souriant. Il est assez fin tout chez lui est fin. D’après ce que je sais c'était le membre d'un cartel mexicain. Il aura bien fini tiens.

Au moment de prendre les puces je remarque que j'ai fais une petite erreur de manipulation. Et oui, j'ai totalement oublié d'en reprendre. Je grogne un coup et me lève en direction d'un téléphone fixe collé au mur. Je compose le numéro du laboratoire de puce. Je tombe sur le responsable du secteur qui me demande de quoi j'ai besoin.


"J'ai oublié de prendre des puces pour l'opération d'aujourd'hui. Envoyez moi en une il m'aidera par la même occasion."

L'homme m'explique qu'il va m'envoyer quelqu'un. Pendant ce temps je retourne à côté de El Lobo. Je l'observe endormi avec un sourire aux lèvres. Je me penche dépose un baiser sur les lèvres du garçon endormi. Il est jeune, surement autour de dix-huit ans ou dix-sept ans. Je remarque rapidement ça du fait de sa pilosité facial assez faible et en duvet.

J'observe autour de moi et soupire dans mon masque. J'attend à présent simplement l'arrivé de ma puce.
Mer 03 Aoû 2016, 10:21
Invité
Invité


Une journée de travail comme une autre, dans mon petit train-train quotidien: me lever en retard comme chaque matin à cause de mes couchés tardifs, me préparer en deux/deux et filer travailler en longeant les rues avec la même appréhension chaque matin: celle qu'il m'arrive quelque chose, de faire une mauvaise rencontre... C'est pour cela que, lorsque j'en avais l'occasion, je restais dormir au bureau sur un fauteuil de la salle de repos... Avec ça, un vestiaire et un distributeur de nourriture comme repas, j'étais comblé. ~
Enfin, il n'y avait qu'une fois dans mon bureau que je me sentais soulagé, à l'aise: entouré des mes ordinateurs de service et de tous mes programmes, je me sentais paisible et pus commencer la création de mes puces: soudure et montage des composants électriques, programmations des données, et le tour était joué. Je faisais ça à une telle vitesse, naturellement, j'étais le meilleur à ce poste et je n'en étais pas peu fier ~ ♪


"- Etoile, vas déposer le carton de puces au laboratoire."


....Un ordre que je ne m'attendais pas à entendre: moi, sortir du bureau...? Je savais que celui qui s'occupait habituellement du transfert était absent pour quelques jours et je le maudissais de ne pas être présent car, aujourd'hui, c'était moi qui prenait sa place pour aller livrer les puces...
Quelle horreur, Dieu sait combien je détestais traverser tous ces couloirs pour aller au laboratoire, et pour cause:  la crainte de croiser le chemin d'un prisonnier me hantait.
Je longeais donc les murs comme j'avais l'habitude de le faire, avançant à pas de chat jusqu'au dit laboratoire.  Un code d'accès et la porte s'ouvrit alors que j'avançais toujours, cherchant autour de moi la présence d'un scientifique...

Mais au lieu d'un homme en blouse blanche tant attendu, c'est sur son cobaye que je tombais, un hybride installé là sur la table d'opération: un enfant...? Il semblait jeune en tout cas, et avait déjà ses attributs d'hybride: un loup...? Un prédateur, pour un criminel..?! C'était si insensé ! Mais la vision de sa peau ouverte dévoilant sa chair à vif, ses nerfs apparents et un bout de sa colonne vertébrale eurent raison de moi.


"-M-mince..."

Trop tard, j'avais beau avoir aussitôt tourné la tête, je venais m'appuyer contre le mur:  puis je sentais ma tête tourner, mes yeux se révulser, et je me vautrais lamentablement au sol dans une perte de conscience. Fichus peurs...*
Ven 05 Aoû 2016, 20:52
Invité
Invité


J'attend la personne qui est censé me ramener les puces. Mon regard toujours porté sur le garçon loup nu et ensanglanté dans la nuque la tête relevé par un système. La salle blanche éclairé de milles lumière permet une vue optimal et la haute charleur accompagné de la hôte aspirante permet une asepsie quasiment parfaite.

Je suis assis sur la tabouret de laboratoire devant le loup. Je soupire d'impatience quand la porte s'ouvre. Mon regard vient observer la personne que je salut mais, elle semble ailleurs elle fixe la créature hybride couverte de sang. elle finit par s'écrouler au sol et tomber dans les pommes.

Je soupire longuement en comprenant vite qu'elle a du avoir peur de la créature ou la simple vu du sang ou même l'effet de la salle blanche. Je n'ai jamais vu cette employée étrangement. Je vais donc vers le téléphone avec l'envie de discuter un peu avec cette jeune femme. Je compose un numéro et prend la parole.

"Envoyez quelqu'un d'autre pour les puces. Et demandez à un chirurgien de me remplacer j'ai à faire. Et dépêchez-vous !"

Je raccroche et marche en direction de la jeune femme. Ses cheveux, sa taille et ses courbes semble plaisante alors que je ne vois pas son visage. Je pose une main sur ses cheveux et lui caresse. Je fini porte cette demoiselle dans les bras collant son visage contre mon épaule. Je la regarde, ne trouvant pas de sein je souris en essayant de deviner son age. La puberté ne sourit pas à tout le monde.

Je pousse la porte de la salle de chirurgie avant de la fermer derrière moi. Je le transporte ainsi dans les couloirs passant à côté de certains de mes employés je remarque que deux trois cachent des sourires presque moqueur mais je n'en dis rien. Ils savent comment je suis avec mes employés s'ils semblent pas bien je m'en occupe.

J'arrive jusqu'à mon bureau. Je pousse la porte gardant la belle femme évanouie dans mes bras. Je la pose assise sur une chaise afin de me libérer les bras. Je me déplace vers mon placard et tire un lit pliant de sur le côté. Je le porte et le pose au sol le dépliant. Il est bien utile quand j'ai beaucoup trop de travail je le pose ici et je m'endors ainsi dans ce lit. Je pose les draps et les coussins puis reprend ma belle endormie le posant sur le lit en déposant un léger baiser sur sa joue.

Je prend une simple décision après. Un peu d'eau sur un foulard que je pose sur son front. J'ouvre la braguette de son pantalon et étire un peu pour le laisser respirer et détache le haut de son vêtement. Je la regarde endormi en fronçant les sourcils quelque chose me dérange sur cette femme mais bon, je m’assois à mon bureau après avoir posé ma blouse à sa place. Je commence à pianoter sur l'ordinateur, j'écris des dossiers important et je cherche qui ça peut bien être en fouillant mes dossier d'employé.

Elle est assez belle et me plait vraiment, si ce n'était pas une employée je sais que elle serait nue sur ce lit et que j'aurais profiter de l'occasion. J'ai relevé mon regard de l'ordinateur et je la regarde en souriant doucement. Je me passe la main dans les cheveux désolé de ne pas pouvoir profiter de cette créature fine et petite.

Je fini cependant par appeler Tatiana ma secrétaire afin de lui demander un thé noir pour moi. Je verrais ce que me demandera la demoiselle à son réveil.

Cela fait un long moment maintenant que la personne est évanouie sans se réveiller. Je poursuis mes papiers mais un soupire me gagne en observant cette femme au sol. Je souffle avec le nez et me lève alors, mes pas se font lent je m'assoit à ses côtés. Elle est endormie, j'écoute sa respiration et son pouls tout va bien, elle devrait se réveiller à un moment. Mais, mon esprit est clair, elle ne se réveillera pas maintenant. Je profite alors de l'occasion pour me baisser ainsi doucement et embrasser les lèvres de la femme. Je me redresse lentement observant cette personne inconsciente. Si ce n'était pas une collègue...

Je reste ainsi assis à ses côtés, ce corps endormit m'aide à me détendre. Je passe la main dans les cheveux de la femme et lui caresse en attendant son réveille. Je lui dis de temps en temps.


"Réveillez-vous."
Mer 24 Aoû 2016, 22:13
Invité
Invité


Je devais être bien ridicule, à m'être évanouis de la sorte...
Une inconscience totale: je ne sentais même pas qu'on me portait, ni même que ce laborantin m'avait allongé sur un matelas et détaché ma ceinture... Ni même ce baiser. Il avait de la chance que je sois inconscient, car il se serait retrouvé avec une jolie empreinte de mes cinq doigts sur sa joue...~ Aussi beau soit cet homme: sa fierté mal placée ne permettait pas ce genre de profit de la part d'inconnus~ J'avais toujours la crainte qu'on se moque de moi d'une façon ou d'une autre.

Mais non, je ne réalisais rien de tout ça, juste un silence lourd, le noir total dans mon esprit, impossible de savoir où j'étais, ni depuis combien de temps maintenant j'étais inconscient. Puis une lueur, de plus en plus vive, et une scène réapparue dans mon esprit...
Ce jour-là au collège, lorsque j'ouvrais mon sac en plein cours et que ma main s'enfonça dans un corps étranger, chaud et visqueux: qu'au lieu d'attraper ma trousse, j'avais plongé les doigts dans ce qu'il restait d'un cadavre de corneille et de ses vers.
Lorsque cette situation m'était arrivée, j'avais eut une crise d'angoisse et d'hyperventilation, le professeur avait été obligé de m'emmener en panique à l'infirmerie sous les éclats de rire de mes camarades.

Mais au moins aujourd'hui, cette situation me fit juste ouvrir les yeux sous le coup du stress: ouf, ça n'était qu'un cauchemar.... Un foutu cauchemar.

Je me redressais alors sur mes coudes pour balayer la pièce de mes yeux verts, me remémorant au fur et à mesure la situation précédent mon évanouissement... Puis je stoppais mon regard fixe sur la silhouette assise à mes côtés, plissant les yeux: je ne l'avais jamais vu lui... C'était cet homme que j'étais venu livrer en puce...?*

"-Bonjour..." *Mince, je ne savais pas quoi dire, ni comment m'excuser de cette faiblesse de ma part. Enfin, m'excuser pour la forme, car je n'y étais pour rien moi dans tout ça, ceux qu'il fallait blâmer était ces foutus camarades d'école. J'allais alors me redresser lorsque mes yeux se posèrent sur mon pantalon: ouvert, t-shirt légèrement relevé...He ? Hein ?!

"-Vous me déshabilliez ?! " *Reflexe d'ahuri. Mais c'était la première conclusion qui avait sauté à mon esprit encore un peu embrumé, et déjà je me redressais pour me rhabiller et m'éloigner de ce pervers probable, le fixant avec incompréhension et suspicion....*

"-...ça fait combien de temps que je suis dans les vapes...? "
Grommellais-je alors une fois debout, me rhabillant correctement avant de tapoter ma blouse et de me recoiffer un peu. Mes petits doigts lissaient alors machinalement les deux petites mèches rebelles dans l'espoir vain de les dompter, comme un tic, avant de jeter un coup d'œil autour de moi. Où était mon carton au fait..?*

"-Et les puces ? Où sont mes puces ? Elles n'étaient pas abimées ?"
Sam 03 Sep 2016, 01:40
Invité
Invité


Mon regard reste plongé sur cette femme endormie devant moi. Jusqu'à ce qu'elle se réveille. Très vite je perd mon air tendre et calme pour reprendre mes airs de patron assis aux côtés d'un employé évanouie. Je toussote alors qu'il commence à me parler comme si je n'étais qu'un de ses collègues. Il doit ignorer qu'il s'adresse à son patron la petite. Mais, sa voix...sa voix est étrange. Mon dieu...c'est un homme.

Etrangement une petit rouge me monte au pommette abrutit par cette erreur de jugement physique. Moi qui me prend et qui est prit pour un génie je ne fais pas la différence entre une femme et un homme. Alors, calmement me relevant je prend la parole pour de bon.


"Alors, je vais répondre méthodiquement en vous proposant une thé si vous le désirez. Alors, d'abord je vais me présenter. Aimé Johns ou Amanite je suis votre patron voyez vous ?"

Je marque une pause en regardant son pantalon déboutonné prouvant effectivement que je l'avais à moitié déshabillé et pourtant tout ça en bon chrétien. Cependant, je suis toujours sous le choc de la découverte, de cette confusion prenant donc cette personne pour une femme. Ma voix revient alors, ma voix toujours calme inspirant un charisme envoutant.

"Les puces sont détruite par votre chute, c'est fragile voyez-vous ? Mais, ce n'est pas grave vous allez bien et c'est l'important. Et pour l'information, non je ne vous ai pas déshabillez c'était simplement pour que vous puissiez mieux respirer. Et vous êtes dans les vaps depuis une petite heure surement. Sachez que je ne vous en tiendrais pas rigueur. Cependant par mesure de sécurité vous passerez le reste de la journée à m'assister. Ce soir je vous raccompagnerais probablement en voiture. Puis-je savoir votre nom ? Que j'informe votre supérieur direct que livrer des puces ce n'est pas votre travail."

Je souris ainsi à cet employé. Un bon patron doit inspiré la crainte, le respect et la sympathie de ses employés afin qu'ils puissent l'apprécier et l'écouter. Je retourne doucement m'asseoir à mon bureau appuyant sur un bouton joignant directement mon bureau et l'accueil. Il entend ma voix une dernière fois.

"Tatiana, ramenez moi un thé noir sans sucre et..."

Je ne fini pas ma phrase regardant en direction de l'homme indiquant le besoin qu'il dise ce qu'il veut. Il va bosser après avec moi, alors il va en avoir besoin.
Sam 17 Déc 2016, 23:23
Invité
Invité


*Ma méfiance se stoppa aussitôt que j'entendis le nom de cet homme: comme il le soulignait...Il était mon patron. Et je lui avais parlé si mal... Argh quel idiot je faisais...! Le rouge me montant aux joues, je maintenais malgré tout ma moue sceptique, reboutonnant mon pantalon avant de remettre mon tshirt dedans pour plus de tenue. Je l'écoutais sans un mot avant de le suivre du regard, intrigué: je craignais qu'il ne m'engueule pour mon moment de faiblesse, mais finalement...Il me soutenait et s'inquiétait de mon état ? Pour un patron, il était plutôt cool...*

"-Merci... Et désolé pour les puces. J'en ai encore de côtés, je vais vous les ramener et j'en ferais vite d'autres."

*Dieu savait que je n'aimais pas être en retard sur mon boulot et que je prenais ma tache très au sérieux: Déjà que peu de personne avait de l'estime pour moi en vue de mon jeune âge et de ma petite taille, alors il fallait bien que je m'impose sur un travail impeccable. Et même si l'on me reprochait mon attitude arrogante, il n'y avait rien à redire sur mes puces et programmations.
Sauf lorsque je cassais tout mon carton en tombant dans les pommes.....Quel idiot.

"-Ah, un soda s'il vous plait ! "  

*Ma réponse avait été spontanée pour ne pas faire attendre cette pauvre Tatiana, mais je devais vraiment...Avoir l'air d'un gamin à demander une boisson gazeuse...

"-Vous n'êtes pas obligé de..Enfin, je vais mieux, je peux retourner travailler vous savez..."


*Car, si je devais rester avec lui, verrais-je d'autres hybrides, d'autres scènes gores...?*
Lun 16 Jan 2017, 02:15
Invité
Invité


Alors que je regarde Etoile pendant qu'il me parle un sourire se dessine sur mon visage. Je me passe doucement la main dans les cheveux demandant le soda du jeune homme. Mes yeux se posent ensuite dans les siens dans un calme assez dur et puissant. Etoile semble stresser de ma présence et veut fuir rapidement. Mais, c'est un refus catégorique pour moi, après tout il me doit des millier d'euro avec son accident. C'est d'ailleurs au moment ou je m'apprête à reprendre la parole que Tatiana arrive avec un soda pour le jeune homme et mon thé qu'elle pose en souriant avant de partir silencieusement fermant la porte derrière elle. Tatiana me connait bien et sait que là tout de suite je ne veux pas être dérangé. Ma voix se fait alors entendre, une voix sereine et douce bien que la dureté d'un chef se cache au fond de celle-ci.

"Mr Morlaine. Vous me devez bien quelques minutes de votre temps, vous savez vous avez détruit dans votre perte de connaissance pour des millions d'euro de matériel informatique. De plus, c'est simplement sécuritaire, sachez mon cher ami que je n'ai pas le droit éthiquement parlant de faire retourner au travail un beau jeune homme venant tout juste de tomber dans les pommes. Alors, je prend cette décision et je la maintiens. Aujourd'hui vous travaillez dans mon bureau avec moi et ce soir je vous emmènerais en ville manger un morceau avant de vous ramenez chez vous. Cela vous convient-il ? Il semble clair qu'un refuse serait tout bonnement insultant envers ma personne."

Je souris doucement. il m'intrigue et je préfère donc l'avoir proche de moi. Je découvrirais surement quelques petites choses sur lui. Toutes cette histoire arriva cependant avant le retour de Taïga. Je me remémore les images qui traversaient mon esprit lorsque je l'ai pris pour une femme. C'est assez étrange au final et me fait me poser des questions. Je clique des yeux trois fois pour me remettre à la discussion.

"Votre travail ici vous plait-il ?
Ven 03 Fév 2017, 10:35
Invité
Invité


...Merde. Il me prenait à la gorge là, en me remémorant la valeur de cette perte. Quand je travaillais, je jouais tellement aisément de mes ordinateurs que j'en oubliais la valeur financière de mon boulot: mais oui, les puces coutaient si chères, et j'en avais détruit un carton complet.... Alors merde et merde. Rester avec lui n'était pas la source de ma gène non, c'était surtout la crainte d'assister à d'autres horreurs... Et puis j'avais entendu des bruits de couloir concernant ce patron, comme quoi il avait un attrait particulier pour le sang. Un psychopathe, de ce que j'en avais conclu, et Dieu savait que le sang et moi, ça faisait deux.

" -D'accord, d'accord, faisons ça alors...~"

[/color]Il m'invitait quand même à manger, c'était sympa de sa part ça...! J'avais beau être petit, j'aimais manger, et il était facile de me faire céder en m'appâtant avec de la nourriture. J'en avais bien conscience mais ma gourmandise était trop grande. Enfin, je récupérais la boisson en remerciant la dite Tatiana et ouvrit ma canette pour en boire une gorgée, croisant les jambes tout en fixant de mes yeux verts ceux si profond de ce chef.

"-Oui, j'aime ce que je fais. J'aime mon travail avec les puces, après...la chirurgie tout ça, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé..."  

Voilà, j'en profitais pour bien préciser ça, une sorte de demande muette de m'épargner toute scène macabre à l'avenir.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sujet numéro 10 : Zidane, futur sélectionneur ?
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» 02. Crying shame [sujet terminé]
» Etoile d'Elendil
» Collections numérisées d'enluminures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Criminal :: La communauté :: Les anciennes histoires. :: Les rp's abandonnés.-
Sauter vers: