Vous pouvez voter pour le forum toutes les deux heures, ne soyez pas timides et votez !

Règlement
Contexte
Groupes
Bottin d'avatars
Prédéfinis
Partenariats
FAQ

Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Benjamin ! Pour votre information, je suis la fondatrice de ce forum ! Je suis absente pour le moment donc veuillez prendre contact avec un autre membre du staff.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Aurora N. ! Pour votre information, je suis administratrice sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problèmes ! Je suis disponible ici.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Orson ! Pour votre information, je suis administrateur sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problème ! Je suis disponible ici.
Les rumeurs du mois



 

Partagez | 
 Don't you let out that antidote [Vladimir]
Lun 08 Aoû 2016, 05:06
Invité
Invité




Don't you open up that window

J'en avais marre de cette vie misérable. J'avais l'impression d'être un animal en cage. Ah? Mais ce n'est pas ce que je suis finalement? Bah si.

Je vivais dans le refuge depuis un sacré bout de temps. Le temps que je passais la-bas était long et sans espoir de liberté. Je regardais souvent par la fenêtre en me demandant pourquoi je n'étais pas dehors. Au pire, je me ferais accepter par quelqu'un pour avoir plus de liberté? Non, je préfère mourir. Mais alors, pourquoi je ne suis pas morte? Je n'en savais strictement rien. Au pire, je m'en fichais. Je préférais mourir dans ce refuge, plutôt que de servir un être méprisant et stupide.

Je ne comprenais pas grand chose. Pourquoi la plupart des hybrides du refuge trouvait rapidement un 'maître'? Ils n'étaient pas plus jolies que moi. Pourquoi ils étaient tous aussi gentils et obéissants? Où était la fierté dans tout ça? Ils n'avaient aucune vie ces gens là. À ce que je sache, je suis spéciale moi. Ah oui c'est vrai, j'ai du caractère. Je ne suis pas fragile, obéissante et docile comme ces idiots. Vous aurez compris que ma puce est simplement détraquée. Elle l'était déjà avant, mais je ne sais plus pourquoi.. Du coup, au lieu d'être bien gentille bien sage et bien, je suis moi. Si elle est pas belle la vie!

Avoir son propre caractère avait des désavantages. La plupart des gens me repoussaient. Même les hybrides qui étaient avec moi au refuge ne m'appréciaient pas. La plupart ne comprenait pas que j'avais soif de liberté et que je ne voudrais jamais servir quelqu'un. Ça ne me branche pas tant que ça d'être la boniche moi.

J'étais dans ma cage et j'étais prête à aller me coucher comme tous les soirs, habillée d'une chemise de nuit blanche très simple. La plupart des vendeurs étaient partis et il n'en restait plus que deux. Un ancien et un petit stagiaire médiocre. Il me faisait bien rire celui-ci. En plus d'être bête, il était naïf. Le dernier vendeur sortit du refuge, laissant le stagiaire faire la fermeture. Il n'aurait jamais dû le laisser tout seul, surtout si j'étais là.

J'avais une magnifique opportunité de sortir de cet endroit et de vivre en tant que sauvage, dans la nature. Je demande alors sans hésitation au jeune garçon s'il ne peut pas m'accompagner aux toilettes, j'avais une envie très pressante. Bien entendu, il m'avait répondu qu'il ne pouvait pas me laisser faire. Je suis tellement manipulatrice qu'il m'a fallu seulement cinq petites minutes pour le faire changer d'avis. Il m'ouvre alors ma cage pour me faire sortir, me tenant le bras au cas ou. Ce n'était pas avec sa force de moustique qu'il allait me retenir.

Je pousse alors violemment le jeune homme contre une étagère où il y avait des produits, ainsi que de la nourriture. Je ne m'étais pas retournée vers lui pour le regarder, je m'en fichais pas mal. Je pars en direction de la porte pour l'ouvrir. Ce petit crétin avait prit la peine de la fermer avant de me faire sortir de ma cage. J'avais complètement oubliée.. Je me retourne pour le voir se lever et appeler la sécurité. J'allais être très mal en point si je restais planter là.

Avant même qu'il n'essaye de m'approcher, je casse la vitre du refuge avec un balais qu'il y avait à côté. Oui, il a fallu que je mette plusieurs coups, mais à la fin, elle était assez cassée pour que je passe. Je m'enfuis donc en courant dans la ville, sans me retourner. C'était toujours mauvais signe de faire ça. Je devais courir le plus vite possible et cela sans m'arrêter.

J'étais sortis de la ville, mais il fallait que je continue encore. Je m'enfonce alors dans une immense forêt. Je trébuche plusieurs fois, tâchant la chemise blanche, ainsi que mon corps. J'étais recouverte de petites écorchures et de terre. Je n'en pouvais plus de courir. Je m'arrête alors, devant une immense falaise. Je me mets à genoux en essayant de me calmer. Ma respiration était forte et rapide. J''avais eu une puissante montée d'adrénaline.

J'étais enfin libre, je n'en revenais pas du tout.. Je souris rien qu'à voir ce paysage qui m'appartenait enfin.


© By Halloween sur Never-Utopia

Ven 19 Aoû 2016, 20:10
Invité
Invité


Hachiko, aujourd'hui elle est installée chez moi une des chambre lui est offerte. J'hésite souvent et réfléchis souvent sur la raison qui m'a poussé à la prendre chez moi. La raison, l'explication de pourquoi cette hybride alors que je n'en ai pas prit pendant longtemps. Celle-ci fut donc ma première créature. Mais, je ne veux pas faire d'elle ni une esclave sexuelle ni une chasseuse. Déja, le sexe ne m'attire pas spécialement je n'ai jamais rien fais et c'est quelque chose qui me stress. Je n'ai peur de rien pourtant mais ça, ça me dérange. Maintenant elle ne ferait pas une bonne chasseuse, elle n'a pas le physique pour. Même avec la technique je serais toujours obligé de trouver une solution pour lui éviter des problèmes. Finalement, elle vivra chez moi et s'occupera donc des taches ménagère pour moi. Vaisselle, ménage, entretient du jardin, de la voiture et faire la cuisine. Bref, tout ce que je ne fais jamais.

Enfin, bon voilà pour Hachiko. Aujourd'hui fut donc une journée de repos. J'ai dormis une bonne partie de la journée sans m’entraîner pour cette fois là. Une flemme immense je profite de la présence d'une femme chez moi s'occupant des mes tâches. Une journée simple et vide d’intérêt et de sens.

C'est l'après-midi que la première chose intéressante me fut envoyé sur ma boite mail. Une femme désireuse de me rencontrer en secret dans un bar. J'ai réfléchis de longues minutes avant de finalement prendre ma décision et accepter cette invitation. Cela peut toujours être intéressant à voir.

Pour la suite de mes e-mails j'ai juste eu des contrats de traque, de plus en plus de créature hybride recherché. Je sélectionne alors les cibles que j'accepte et prend les renseignement tout en téléphonant aux employeurs pour négocier les prix et le temps de demande ainsi que l'exclusivité de la chasse.

Le soir tombe alors doucement, je me porte la fenêtre regarde la vallée sous le soleil tombant. Mais, c'est par ça que je vis cette femme arriver en courant dans la foret fuir comme si qu'elle avait le diable à ses trousses.

Donc, rapidement je sors de la maison en courant, je ne prend que mon opinel et commence une course rapide dans la foret. Je saute par dessus des troncs effondré, j'évite des pièges que j'ai posé. Ma course se poursuit rapidement.

Je reconnais alors le chemin, nous filons droit vers les falaise. Je n'ai pas vu la créature j'ignore sa nature, j'espère que ce n'est pas une femme suicidaire. Je me dépêche alors deux fois plus en imaginant cette possibilité.

Finalement nous arrivons tout deux à la falaise. Je la vois tomber à genoux sa respiration semble rapide et forte. Je l'observe attentivement, sa tenu et surtout ses attraits hybride. Je ne sors cependant pas mon arme.

J'avance à pas de loup calmement jusqu'au être en vu réelle de la femme. Je prend la parole doucement.

"Mademoiselle. Méfiez vous, la falaise est dangereuse."

Je parle calmement, ma voix est assez forte du fait de ma corpulence mais je reste doux. Du moins dans la voix, en apparence mes cheveux brun partent dans tout les sens, je suis torse nu avec comme unique pantalon un jogging et des vieilles basket blanche taché et troué. Je ressemble pas vraiment à un traqueur mais plutôt au vieux clodo de la foret.

"Je vais vous dire ce que je pense. Vous êtes une hybride, vous avez fuit sois votre maître, sois votre laboratoire, sois votre refuge. Quoi qu'il en soit, là vous êtes seule dehors et sale. Peut-être pourrais-je vous aider."
Jeu 01 Sep 2016, 01:18
Invité
Invité




Don't you open up that window

La lune était plutôt jolie. Elle était largement plus belle en vrai que derrière une vitre. L'odeur de la nature, la sensation du vent dans les cheveux. C'était quelque chose de magique. Je n'avais jamais ressenti ça auparavant. Je me sentais réellement apaisée et bien.

Je n'en pouvais plus, j'en riais aux éclats. J'avais réussi et j'étais vraiment contente. Mais je n'allais pas être heureuse bien longtemps. Il fallait rapidement penser aux conséquences. J'avais presque 'attaquer' un humain et j'avais cassée la vitrine du refuge. Si je me faisais capturer, je finirais sûrement dans un sale état.

Je regarde rapidement autour de moi. Il n'y avait personne et je n'entendais absolument rien dans la forêt qui était derrière moi. Je pouvais sentir la fraîcheur de l'air. C'était agréable. Le bonheur était réellement de courte duré.

Mademoiselle. Méfiez vous, la falaise est dangereuse.

Je me retourne rapidement en me levant, me mettant presque en position d'attaque. Oui en clair, je n'étais pas debout comme une plante verte. J'avais un pied en arrière, on ne sait jamais s'il faut s'enfuir à toute vitesse. Et j'avais simplement serrée mes poings. Une position d'attaque? Non pas vraiment finalement.

Je ne me sentais pas super bien à ce moment-là. Je n'avais même pas réussis à l'entendre arriver celui-là. D'ailleurs, c'était un homme plutôt grand, brun à ce que je voyais et il était dans une tenue assez.. Confortable je dois dire. Il n'avait que le bas. Comme s'il avait perdu le reste de sa tenu dans la forêt. Je reste calme, tout en restant sur mes gardes également. Le brun reprit rapidement la parole.

Je vais vous dire ce que je pense. Vous êtes une hybride, vous avez fuit sois votre maître, sois votre laboratoire, sois votre refuge. Quoi qu'il en soit, là vous êtes seule dehors et sale. Peut-être pourrais-je vous aider.

Je le fixe rapidement. Je ne le quittais pas des yeux, tout en écoutant ce qu'il avait à me dire. Je me remets droite tout en continuant de le regarder. Je relâche mes poings en souriant simplement. Il ne m'avait pas l'air méchant du tout ce garçon. Je soupire légèrement en fermant les yeux.

Je ne savais pas ce que cet homme me voulait, mais je m'en fichais pas mal. Il vaudrait mieux qu'il s'occupe de lui et de son popotin plutôt que de ma personne. Je n'aimais pas recevoir de l'aide et certainement pas celle d'un humain.

Ecoutez, c'est très gentil de votre part, je vous assure. Mais je n'ai pas besoin d'aide. Ni de vous, ni de qui que ce soit. Je m'en sortirais très bien toute seule. Alors, maintenant, barrez-vous et allez voir ailleurs si j'y suis. Par la même occasion, essayez de trouver quelque chose à vous mettre sur le dos, c'est très déplaisant à voir.

Je lui lance un petit sourire narquois. Je n'avais pas envie d'être gentille ou bien reconnaissante qu'il est l'envie de m'aider. Je m'en fichais royalement et il fallait le lui faire comprendre rapidement, c'est tout.


© By Halloween sur Never-Utopia

Mer 21 Sep 2016, 20:34
Invité
Invité


Je l'observe alors qu'elle tente de me piquer par son comportement. Elle me parle mal, elle se moque elle se permet des choses. Un large sourire vient se dessiner sur mon visage alors que je me gratte l'arrière de la tête avec un calme déconcertant. Finalement je viens éclater d'un rire puissant sortant des entrailles de mon corps. Un rire moqueur un rire d'homme. Un haussement d'épaule vient finir mon rire alors que mon sourire vient quitter mes lèvres et mes yeux fixant cette demoiselle avec une once de pitié dans le regard.

Mes pas se font rapide alors que j'avance vers elle, mon torse nu et musculeux, imposant une puissance supérieur à la sienne physiquement à pour habitude de faire son effet devant les adversaires que je rencontre. Alors, je profite de ma masse corporelle comme d'un bouclier devant la tendresse que cache mon coeur. Une habitude à éviter si possible violence et haine. Mais j'ai un métier et je dois gagner mon pain, cette femme va valoir de l'argent.


"Très bien, alors je vous ramène à votre refuge. Je suis un traqueur c'est mon métier. J'ai déjà une hybride chez moi et j'en cherche encore deux pour travailler à mes côtés. Au vu de ton comportement ta puce à probablement un dysfonctionnement. On fera un tour chez Amanite avant."

Je termine ma phrase, mon ton est cinglant et montre bien les risques qu'elle encoure à refuser mon aide. A refuser des chances de vivre plus ou moins librement. Ce que ignore les hybrides c'est que jamais ils ne seront libre, jamais ils n'échapperont aux traqueurs et aux scientifique. Quitter l'île serait une solution si seulement c'était possible pour eux. Prisonniers sur une île ils doivent apprendre à respecter ceux qui leur tende la main.

Finalement je m'arrête afin de laisser un écart entre elle et moi. Un écart assez grand pour nous éviter une confrontation direct mais pas trop pour pouvoir la plaquer au sol si elle tente de fuir. Ma voix vient reprendre une voix toujours aussi forte mais plus calme, plus douce.


"Je vous propose cela, un repas, des vêtements chauds et un thé. Rien de bien incroyable. Sachez que je ne met pas tout les hybrides dans le même panier. Alors faites de même avec les humains. Je me suis montré respectueux et je respecte pas mes contrats avec ce genre de comportement. Mais, si l'hybride en face de moi ce montre trop résistant et dangereux pour les gens je suis dans l'obligation morale de le rapporter aux autorités. Alors je vous prie d'accepter mon offre. Je vie à la lisière de la forêt dans un endroit si calme que j'entend mon cheval galopé dans la prairie chaque matin. Peut-être aurais-je pu avoir la décence de me présenter. Vladimir Malkovitch."
Mer 12 Oct 2016, 22:15
Invité
Invité




Don't you open up that window

J'avais envie de partir. J'avais trouvée un endroit plutôt calme, c'est vrai, mais cet imbécile avait tout gâché. J'aurais très bien pu sauter et au revoir, c'était fini cette satanée vie. Enfin bref.

Je relâche légèrement ma garde. Pour moi, cet homme n'était qu'un petit rigolo. Il ne me faisait pas réellement peur. Je me détends alors. Il n'y avait que son torse qui me gênait finalement. D'après ce que je sais, c'est le premier que je vois. Même mes camarades hybrides étaient toujours habiller malgré le fait qu'ils soient en cage. Je soupire un bout coup, faisant un pas sur la droite. Oui, j'allais partir. Mais se sourire me retenait.

Oui, il venait de pouffer de rire. Il se moquait de moi? Oui bien sûr que oui. Il n'allait pas rire aux éclats en repensant à une action drôle et surtout pas dans une situation comme celle-ci. Je retourne à ma place en croisant les bras, soupirant de nouveau. Ça m'énervait. Il n'avait pas à rire de moi ainsi. Je fronce les sourcils en lui jetant un simple regard noir. Vous voyez le genre de regard qui balance des missiles invisibles sur la personne que l'on regarde ainsi?

Le jeune brun s'approche alors de moi. Wow, il s'approchait vraiment trop prêt de moi. Je recule d'un pas, décroisant les bras. Je n'avais pas envie qu'il se rapproche encore et encore. Je tends alors mon bras, mettant mon doigt juste devant son torse. Il s'était arrêter avant que mon doigt ne le touche. Oui c'était bizarre ce que je faisais, c'est vrai.. Mais je n'allais pas reculer encore et encore, je tomberais sûrement dans le vide.

Très bien, alors je vous ramène à votre refuge. Je suis un traqueur c'est mon métier. J'ai déjà une hybride chez moi et j'en cherche encore deux pour travailler à mes côtés. Au vu de ton comportement ta puce à probablement un dysfonctionnement. On fera un tour chez Amanite avant

Je le regarde tout en abaissant mon bras, le remettant le long de mon corps. Je continue de le regarder avec mes magnifiques missiles dans les yeux. C'était donc un traqueur. Ces gens là, je ne les portais pas réellement dans mon cœur. La dernière fois que j'avais eut affaire à eux, ils m'avaient fait quelque chose de terrible. Je ne m'en souviens même plus, mais je sais que quelque chose avait changer en moi depuis le jour où je les ai rencontrés.

Puce? De quoi est-ce qu'il parlait? J'essayais de réfléchir rapidement tout en gardant un œil sur lui. Qu'est-ce qu'il me voulait réellement ce garçon. Je ne comprenais rien à ce qu'il me disait.

Je vous propose cela, un repas, des vêtements chauds et un thé. Rien de bien incroyable. Sachez que je ne met pas tout les hybrides dans le même panier. Alors faites de même avec les humains. Je me suis montré respectueux et je respecte pas mes contrats avec ce genre de comportement. Mais, si l'hybride en face de moi ce montre trop résistant et dangereux pour les gens je suis dans l'obligation morale de le rapporter aux autorités. Alors je vous prie d'accepter mon offre. Je vie à la lisière de la forêt dans un endroit si calme que j'entend mon cheval galopé dans la prairie chaque matin. Peut-être aurais-je pu avoir la décence de me présenter. Vladimir Malkovitch.

Il était traqueur, il voulait m'emmener je ne sais où pour une puce et à présent, il me demande de l'accompagner gentiment jusqu'à chez lui pour travailler à son service? Il était fou ou bien? Je ne comprenais rien du tout, mais vraiment rien! Je soupire une fois de plus. Je n'avais pas envie de continuer cette conversation. Je lui souris simplement tout en m'avançant vers lui, ou plutôt à côté de lui. J'étais à présent à son niveau, sur sa droite. Il n'y avait que quelques centimètres qui séparaient son bras du mien. J'aurai pu lui donner une petite tape sur le torse, mais non. Je n'allais pas le faire quand même. Ça me gênait déjà assez de parler avec lui alors qu'il était dans cette tenue, alors y toucher, sans façon.

Gardes tes salades pour toi, Vladou.

Je n'avais que ça à lui dire. Oui, là, je n'avais pas beaucoup de répartie c'est vrai. Mais j'avais tellement envie de partir.. Je commence alors à partir d'un pas plutôt lent, mais décidé.


© By Halloween sur Never-Utopia

Sam 15 Oct 2016, 19:56
Invité
Invité


Je regarde et écoute la femme alors qu'elle me répond. Un long soupire s'échappe de moi alors que je me passe la main dans les cheveux. J'hausse les épaules doucement. Je ne la laisserai pas s'échapper comme ça. Elle veut pas m'accompagner chez moi et veut donc vivre en liberté. C'est compréhensible mais je suis traqueur je vais donc l'attraper et l'embarquer qu'elle le désire ou non. D'abord chez moi histoire de l'attacher, m'habiller et manger un truc puis on ira chez Amanite il sera plus amène de la "réparer."

Doucement, elle s'éloigne et va donc tout simplement pour partir. Je ne dis rien et sans prévenir utilisant mes jambes puissantes et mes appuie je me jette sur elle afin de la plaquer au sol avec une violence indiscutable. Je suis rapide et fort, entrainé au combat en ancien militaire et ancien flic je sais m'y prendre pour plaquer et immobiliser quelqu'un. Elle se permet trop de chose à mon gout il est temps de lui montrer. Alors, je lui attrape les bras la plaçant dos au sol. Mes mains attrapent ses poignets, je croise ses bras autour de son cou afin de lui immobiliser les bras et la tête une fois ce travail effectué mon regard se pose sur le sien mon derrière posé sur son ventre.

"Ca me dérange de devoir recourir à la violence. Ma refusant de m'accompagner je me dois de vous embarquer."

Et c'est vrai hélas. Cela me dérange réellement je n'avais pas prévu que ça se passerait ainsi. Mes yeux observe son regard et je prévoit par mon poids et ma force la moindre tentative de défense l'étranglant légèrement avec ses propres bras. Je me mordille la lèvre inférieur ça me fait bizarre d'avoir une femme comme ça juste en dessous de moi, moi qui n'en ai jamais approché réellement une.

Ma respiration à fortement augmenté avec l'adrénaline de la réaction, je profite de sa puce, logiquement si elle est docile elle devrait pas pouvoir se défendre et sera donc bloqué. Sinon, sa puce à un problème donc en route pour les scientifique.
Mar 01 Nov 2016, 23:23
Invité
Invité




Don't you open up that window

J'avais tout simplement envie de partir très loin de cet homme. J'avais enfin réussi à m'enfuir une bonne fois pour toute de ma prison et j'étais tombée sur cet homme qui cherchait à m'aider, sois disant. Je n'allais pas tomber dans le panneau bien sûr. J'avais mis fin à la conversation avant de m'éloigner pour partir.

Je ne m'attendais pas à une grande violence telle que celle-ci. J'avais été comme plaquer au sol. C'était tellement rapide que je n'avais même pas eu le temps de réagir à cela. En une fraction de seconde, j'étais au sol, les bras croisés vers mon cou. Je ne pouvais plus bouger et encore moins avec le brun posé sur moi.

J'étais finalement dans une position très embarrassante. Je me demandais bien pourquoi il m'avait plaquer au sol. Ah oui, il était traqueur. Idiote d'Eli. J'aurais dû m'en douter qu'il n'allait pas me laisser partir ainsi.

Je ne pouvais même pas le regarder dans les yeux. J'avais plusieurs émotions que traversaient mon corps. J'étais gênée par la position et en même temps agacée par cette dernière puisque j'étais 'soumise'. Je n'avais pas l'habitude d'être aussi proche d'un homme et encore moins si ce dernier était torse nu. En revanche, j'avais eu l'habitude d'être soumise lorsque j'étais dans mon animalerie, du coup, ça m'énervait de l'être une nouvelle fois alors que j'étais à l'extérieur.

Ca me dérange de devoir recourir à la violence. Ma refusant de m'accompagner je me dois de vous embarquer.

Je me sentais très mal à l'aise. Le fait d'être ainsi, dans cette posture et surtout avec un homme me rendait plus docile que jamais. J'aurai eu une femme en face de moi, ça n'aurait pas du tout été la même chose. Je me serais rebeller depuis longtemps. Mais là, c'était une sensation étrange. Je n'osais même pas le regarder dans les yeux. Ma respiration était rapide et légèrement forte.

J'avais finalement changée. Une vraie lunatique. La jeune Elisabeth qui pétait plus haut que son fessier il y a à peine deux minutes se retrouvait maintenant docile et apeuré par un homme musclé. Wouah, je n'en croyais pas mes yeux. J'étais vraiment mal, c'est vrai. Mais je ne voulais pas me rendre encore plus minable que je ne l'étais déjà.

Je tourne légèrement ma tête sur le côté, la laissant même tomber pour coller ma joue sur l'herbe encore fraîche. Je relâche complètement mes muscles, me laissant complètement faire. Je voulais tout simplement qu'il s'enlève de là. Alors, il fallait que je lui prouve que je me laisserais faire pour qu'il me relâche.

Lâchez moi..

Il est vrai, j'avais fait un effort. Je l'avais pour la première fois, vouvoyer. C'était un grand pas vers lui que je faisais. J’espérais maintenant qu'il s'enlève rapidement de moi. Même si mon regard était ailleurs, je pouvais quand même apercevoir l'homme torse nu sur moi. Je n'aurai jamais imaginer être aussi docile au contact physique avec un homme.


© By Halloween sur Never-Utopia

Dim 06 Nov 2016, 17:52
Invité
Invité


Je suis sur elle à moitié nu la regardant dans les yeux alors qu'elle devient soudainement toute docile. Ce qui m'arrache un léger sourire. C'est donc, bel et bien une docile et non pas une rebelle. Ou bien est-ce une manière de me piéger. je reste silencieux alors qu'elle me réclame de la lâcher. Elle me vouvoie et je n'oublie pas de le remarquer. Je me baisse vers elle approchant mon visage du sien. Elle peut sentir le souffle chaud de ma respiration nasale alors que je prend la parole doucement.

"Puis-je savoir votre nom à présent ma chère ?"

Je reste à cheval sur elle mon regard souriant fixant le sien. Je dois peser le double de son poids et faire le double de sa taille, nos positions sont donc assez amusante à voir. Je la surplombe de mon corps massif alors qu'elle s'écrase en dessous de moi. Je compte bien l'embarquer chez moi. Ne serait-ce que pour tenir ma promesse de lui donner un repas et des vêtements et ensuite voir si je l'adopte ou si je la ramène au refuge bien que je sais que au refuge elle paiera le prix fort pour le comportement de fuite qu'elle a eu. Elle retournera dans un laboratoire se faire redresser.

Je me lève alors rapidement passant mes bras autour de sa taille et sans prévenir d'un coup d'un seul je la porte sur mon épaule droite d'abord dans une position fortement inconfortable pour elle et probablement gênante. Alors dans un soupire de compassion je change de position et la met dans mes bras l'emmenant comme une mariée. Ma route commence en direction de chez moi passant donc à travers la forêt mon regard reposant sur le sien. Je lui souris doucement avant de reprendre la parole.


"Je vais vraiment vous offrir vêtement et repas. Nous aviserons après sur ce que je fais de vous."

Ma voix est calme et grave. Je me montre souriant et sympathique alors que je la porte et la bloque dans mes bras de bucheron en direction de chez moi. La forêt est sombre en cette heure si et les bruits d'animaux et de hiboux ne font rien pour rassurer la plupart des personnes, mais je suis un habitué de ce lieu je suis l'ermite de l'île vivant avec son cheval et sa hybride chien.

Je garde le silence prêt à écouter son nom et ses revendications alors que je marche d'un calme assuré et la tête plein de réflexion. J'ai vu que physiquement elle ne me semble pas faible, elle a un léger libre arbitre je pourrais l'utiliser pour mon projet de traqueur maitre hybride. A voir si elle acceptera cela.
Mar 08 Nov 2016, 16:34
Invité
Invité




Don't you open up that window

Je ne voulais pas le regarder dans les yeux, c'était plus fort que moi. Je ne le pouvais pas d'ailleurs. C'était trop, il fallait qu'il s'enlève de moi. J’espérais me reprendre rapidement. En tout cas, sa présence me rendait mal à l'aise et surtout dans cette tenue, qui n'en est pas réellement une d'ailleurs..

Je le sens se rapprocher de moi. Son visage était très proche du mien et je n'en avais pas envie. Je ferme rapidement les yeux, respirant de plus en plus fort. Cela pouvait se voir que j'étais très mal. D'ordinaire, je n'aime pas faire semblant, si je n'aime pas quelqu'un par exemple, je ne serais jamais gentille avec lui. En revanche, là, c'était différent. J'étais mal à l'aise et il fallait que je le cache. Le montrer était une preuve de faiblesse pour moi. Je devais rester forte malgré tout. J'ouvre de nouveau les yeux, sans pour autant le regarder. Je pouvais l’apercevoir très proche de moi, me fixant même.

Puis-je savoir votre nom à présent ma chère ?

Quelle pourriture. Il c'était rapprocher et m'avait même adresser la parole alors que je lui avait demander de me relâcher. Ce qu'il n'avait pas fait d'ailleurs. Peut-être que si je lui répondais, il allait me lâcher une bonne fois pour toute.

Elisabeth..

Ma voix était plutôt tendre. On pouvait même entendre ce petit son d'agressivité dedans. Oui, tendre, mais agressif, c'est bizarre n'est-ce pas? Je me mords alors ma lèvre inférieure. Je ne me sentais vraiment pas bien. Être docile à ce point? Moi? Jamais de la vie. Même à l'animalerie, ce n'était pas autant. Alors, quoi, il aurait juste fallu me mettre un homme viril et torse nu devant moi pour me rendre ainsi? Quand même, c'était beaucoup trop facile.

Puis, je le sens s'enlever de moi. Je soupire de soulagement, je pouvais enfin respirer calmement. Ah bah non. Il me prend alors ma taille, me soulevant pour me mettre sur son épaule. Vous voyez ce genre de position extrêmement gênante? J'avais juste l'impression d'être une grosse bûche de bois et son bûcheron. Ou bien un gros morceau de jambon et son boucher. Heureusement pour moi, il me prend rapidement autrement, comme une princesse.

Bon, encore une fois, c'était tout de même une position gênante pour moi. L'une de ses mains touchait ma jambe et l'autre mon épaule. Je me sentais compressé dans ses bras. J'avais l'impression qu'il pouvait m'écraser contre lui comme un insecte. Je ressentais une sensation curieuse. Je savais que je pouvais me défendre, mais je n'en avais pas réellement envie.

J'avais envie qu'il me lâche une nouvelle fois. Je tourne rapidement la tête vers la direction où il m'emmenait, évitant tout regard avec le brun. Je gardais mes mains près de ma poitrine. Je n'avais pas envie de les mettre sur son torse nu. J'en connais certaine qui l'aurait fait sans hésitation.

Je vais vraiment vous offrir vêtement et repas. Nous aviserons après sur ce que je fais de vous.

C'était plutôt sympathique de sa part. Même s'il pouvait quand même me ramener à l'animalerie ou dans un laboratoire. Je ne savais pas réellement comment réagir face à ça. Je ne le regarde toujours pas, tout en ne lui répondant pas d'ailleurs. J'étais toujours obsédé par ses bras. Je voulais toujours qu'il me lâche et c'était toujours pour ça que je lui parlais finalement..

Ecoutez.. Vous pouvez me lâcher maintenant.. Je sais marcher vous savez, alors posez moi..

J'hausse légèrement un sourcil. Pourquoi autant de vouvoiement? Pourquoi je bégayais? Je n'étais pas comme ça d'habitude. J'avais l'impression qu'un parasite avait prit possession de mon cerveau ainsi que de mon corps. Pourquoi est-ce qu'il fallait que je sois ainsi? Et surtout avec lui? Pourquoi avoir radicalement changé de comportement?


© By Halloween sur Never-Utopia

Lun 28 Nov 2016, 00:42
Invité
Invité


Je connais à présent son nom. Elisabeth. Ca sonne quelque petite seconde dans ma tête avant de finalement s'effacer. Je connais son nom et elle c'est calmé voilà un début qui me plait particulièrement. Le fait qu'elle ce soit présenté officiellement à moi signifie une chose fortement intéressante, elle a accepté de se soumettre. Certes en opposant une légère résistante mais sa soumission prouve qu'elle n'est pas rebelle et que je suis donc en mesure de voir pour me l'approprier bien sûr en la rachetant à son ancienne prison. Du moins, si elle convient à mes projets.

J'avance pas à pas calmement dans la forêt il fait un peu frais mais le temps reste vivable et convenable. Je l'entend me demandant de la poser j'acquiesce et accepte cette idée mais je garde une main sur son bras pour la trainer avec moi si elle tente la moindre fuite. On finit après quelques minutes de marche par se retrouver devant mon chez moi, mon chalet.

Je la regarde en souriant avant d'ouvrir le portail que je referme immédiatement derrière moi puis ensuite au seuil de la maison j'entre avec elle verrouillant la porte derrière moi. La chaleur de la cheminée et l'odeur de bois crépitant dans le foyer nous monte directement, nous accueil par des baisers chaleureux. A cette heure ci Hachiko dort encore alors j'en profite pour être tranquille. Je tire mademoiselle et la pousse sur le canapé avant de m'asseoir à côté d'elle. J'ai gardé le silence tout le long, ma voix vient reprendre avec douceur malgré le côté grave et caverneux de mes cordes vocales.


"Alors Elysabeth...bienvenu chez moi. Veux-tu boire quelque chose ?"

Je suis passé au tutoiement et ce n'est pas anodin. Cette créature est chez moi et actuellement à ma merci. Je la respecte toujours mais son comportement fait que je dois développer cette aptitude ou je suis son supérieur autant dans les mots, la voix et ma posture.

"Je t'invite pour le moment à ne rien tenter. A rester ici belle créature. Seulement, nous discuterons de ton avenir. Soit tu resteras avec moi et je t'adopterai officiellement soit je te ramènerai et toucherait la récompense sur ta capture. Bien que, j'imagine qu'elle ne sera mise en place que demain matin donc je t'attacherai le temps que celle-ci soit affiché. Du fait que je t'ai déjà j'imagine que je devrai pouvoir vite négocier le prix que je désire. Alors dit moi Elysabeth ? Tu veux discuter ?"

Mon regard marron ne lâche plus le sien. On se fixe longuement nos regard s'embrasse elle baissera les yeux devant moi car les miens ne faibliront pas et agresseront ses pupilles jusqu'à ce qu'elle s'affaisse de faiblesse face à la force des miens.
Jeu 29 Déc 2016, 02:38
Invité
Invité




Don't you open up that window

Je n'aimais vraiment pas cette position dans laquelle j'étais. Devenir docile moi? Je disais que c'était impossible il n'y avait pas moins de dix minutes et cet homme m'avait prouver le contraire. J'étais devenue comme sa chose.. Je ne sais pas réellement comment l'expliquer mais c'était quelque chose de très fort. Il me faisait quelque chose rien qu'en me parlant. Au début, je trouvais ça drôle.. Finalement, c'était peut-être son corps qui m'avait impressionner? Je n'en savais rien, en tout cas, j'avais changée.

Il me pose alors gentiment au sol, c'était déjà bien sympathique de sa part. Il aurait très bien pu ce foutre de ma tronche et me gardant dans ses bras ou même en profiter qui sait. Il me tient quand même par le bras, je soupire légèrement en voyant ça. Il ne me faisait pas confiance et il avait raison. Si son emprise sur moi disparaissait, je me ferais une joie de partir très loin d'ici. Rien qu'en regardant sa main imposante me tenir le bras, me rendait bizarre. Je pense que je suis bizarre en fait..

Cette sensation était tellement nouvelle pour moi. Je ne sais même pas si cela marche avec tout le monde. C'était peut-être parce que je n'avais jamais été confronter à un homme comme lui. Je me posais beaucoup de questions alors qu'il m'entraînait avec lui, dans son petit coin de paradis.

Il ouvre rapidement le portail et la porte un peu plus loin, fermant derrière à clé juste après que l'on soit rentré. Je fronce légèrement les sourcils, le regardant surprise. Pourquoi il avait fermer la porte? Là, je peux vous dire que toutes situations les plus embarrassantes me traversèrent l'esprit. J'en deviens même toute rouge. Je me faisais trop d'idées, alors que je savais très bien qu'il avait fermé, uniquement pour que je ne m'enfuis pas.

En tout cas, c'était très chaleureux et accueillant chez lui. J'appréciais cette atmosphère qui m'apaisait quelque peu, avant que le brun me tire rapidement par le bras tout en poussant sur le canapé. J'étais déjà assise sans même rien avoir demander. Je le regarde de nouveau surprise, s'asseoir à côté de moi. C'est partit! Il allait me violer, c'était sûr là. Je ne savais plus quoi faire.. Je le mords? Je m'enfuis à toute vitesse? Mais pour aller où? La porte était fermée.

Alors Elysabeth...bienvenu chez moi. Veux-tu boire quelque chose ?

Ah? Il ne me saute pas dessus du coup? Tant mieux alors, je souffle un petit peu avant de sourire de soulagement tout en regardant ailleurs. Oui, je n'allais pas lui sourire à lui, il ne méritait pas mon magnifique sourire. Je ne le regarde pas du tout, il m'intimidait en plus de cela et je ne voulais pas qu'il s'en aperçoive, si ce n'était pas déjà fait.

Hm.. Nan, j'ai pas soif.

J'essayais de faire la forte, alors que ma voix et mes joues me trahissait. Son emprise était donc toujours sur moi. Même en lui répondant froidement, je n'arrivais pas à être calme. Mon cœur palpitait à chaque fois qu'il me parlait, ça m'énervait. Il reprit rapidement la parole.

Je t'invite pour le moment à ne rien tenter. A rester ici belle créature. Seulement, nous discuterons de ton avenir. Soit tu resteras avec moi et je t'adopterai officiellement soit je te ramènerai et toucherait la récompense sur ta capture. Bien que, j'imagine qu'elle ne sera mise en place que demain matin donc je t'attacherai le temps que celle-ci soit affiché. Du fait que je t'ai déjà j'imagine que je devrai pouvoir vite négocier le prix que je désire. Alors dit moi Elysabeth ? Tu veux discuter ?

Je tourne rapidement la tête vers lui, toujours mon petit air surpris. J'hausse légèrement les sourcils en écoutant ce qu'il me disait. Je ne l'aurai jamais imaginer comme ça, il était intelligent et savait exactement ce qu'il faisait. J'avais envie de riposter. De lui dire ma façon de penser. Lui dire tout simplement que je n'étais pas sa chose et que même s'il essayait de me ramener d'où je venais, je ferais tout pour me sortir de là. Les mots ne sortaient pas. J'avais comme un blocage et ce n'était pas bon.

Son regard était tellement profond et perçant. J'avais l'impression qu'il lisait en moi comme dans un livre ouvert. Je détourne rapidement le regard tout en rougissant. Bordel, pourquoi j'étais dans un tel état? C'était encore son torse nu? Non, c'était autre chose que ça. Je tourne même la tête pour ne même pas le voir sur le côté, laissant même mes cheveux cachés mon visage. Je ne voulais pas montrer mon état, surtout pas à un humain et à un homme en plus de cela. Je tourne rapidement ma tête de gauche à droite comme pour lui dire non. Je ne voulais pas en discuter et en plus de cela, je n'avais rien à dire, les mots ne sortaient pas de ma bouche..


© By Halloween sur Never-Utopia

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le modèle du président Vladimir Poutine pour Haiti !
» Signature de contrat - Vladimir Zharkov
» L'Éducation: Antidote contre le racisme - y compris le racisme anti-soi-même
» Code Pénal Ayisyen an demode.
» Prise d'assaut [ Evènement de groupe : X-men, Confrérie et Vladimir ][Avorté]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Criminal :: La communauté :: Les anciennes histoires. :: Les rp's abandonnés.-
Sauter vers: