Vous pouvez voter pour le forum toutes les deux heures, ne soyez pas timides et votez !

Règlement
Contexte
Groupes
Bottin d'avatars
Prédéfinis
Partenariats
FAQ

Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Benjamin ! Pour votre information, je suis la fondatrice de ce forum ! Je suis absente pour le moment donc veuillez prendre contact avec un autre membre du staff.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Aurora N. ! Pour votre information, je suis administratrice sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problèmes ! Je suis disponible ici.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Orson ! Pour votre information, je suis administrateur sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problème ! Je suis disponible ici.
Les rumeurs du mois



 

Partagez | 
 Judith A.
Lun 16 Jan 2017, 00:49
Invité
Invité


Princesse Judith Aileward des Nymphéas
Âge : 19 ans, née le 07/08/2002
Nationalité : Anglaise
Sexe : ♀
Sexualité : Pour le sexe, tant que ça reste humain. Pour l'amour, elle n'a pas encore bien défini.
Groupe : HUMAINE WESH.
Espèce : Rousse.
Métier (hum.) : Master 1 : Sciences médicales
Personnage sur l'avatar : Ariel, la petite sirène
Double Compte ? : Lange Aileward
Code : Je suis (toujours) là bande de ploucs.

“La justice est une illusion.”
Bernard Werber

Description physique
Taille : 1m66 / Poids : 54 Kilos / Corpulence : Mince
Type : Caucasienne / Main principale : La droite
Couleur naturelle des cheveux : Rousse / Couleur des yeux : bleue océan
Elle n’a aucun problème médical.
Elle est allergique aux courges et aux courgettes, des plaques rouges apparaissant très rapidement.
Elle a le tatouage d’une sirène sur la hanche droite.

La première fois qu’on rencontre Judith, une impression de sévérité apparait sous un visage séduisant et une allure délicate. Son assurance et son arrogance transpirent dans ses attitudes. Habillée sobrement de vêtements luxueux, d’un haut de velours blanc cassé, d’un chemisier marron et d’un jean bleu, elle avance lentement d’un pas assuré en direction de la bibliothèque. Sa main aux ongles à peine longs colorés d’un vernis transparent appuie sur la poignée avant de pénétrer dans le lieu. Ses bottines de cuir marron aux talons épais et peu importants claquent sur le sol.

Ses yeux d’un bleus sombres fixent autour d’elle semblant juger les être de la bibliothèque, avant que son pas assuré ne la conduise dans une allée. Ni grande, ni petite, elle doit se hisser sur la pointe des pieds pour attraper un livre en hauteur. Naturellement souple et élégante, elle a travaillé ce don en pratiquant la danse, la gymnastique, la natation et le jiu-jitsu depuis son plus jeune âge.

Sa peau blanche, très peu bronzée le devient un peu plus en été lorsqu’elle expose son corps au soleil et en particulier à la mer.  Sa grande passion demeure cette dernière. Judith aime rester seule à nager dans les vagues agitées d’une mer déchainée et apprécie les longues balades en bateau.

Bien qu’elle soit actuellement compressée dans une longue tresse sur le côté avec un bandeau raffiné, la chevelure de Judith est sauvage et folle. Des longues boucles rousses descendent jusqu’au bas de son dos et encadrent son visage. Sa chevelure libre et naturelle est teintée au henné pour augmenter sa rousseur, la rendant quasiment rouge.

Malgré que Judith ne soit pas à se plaindre de la nature, avec ses longues jambes, sa belle chevelure, ses yeux séduisants, son nez adorable ou ses tempes harmonisant son visage, elle complexe sur ses seins qu’elle juge trop petits. Son bonnet atteignant avec difficulté le B. Elle peut aisément ne pas porter de soutiens gorges sans craindre de les voir tomber.

Ses hanches sont particulièrement fines et son nombril haut sur un ventre quasiment plat. Judith est une jeune femme séduisante, aux lèvres charnues, aux sourcils bien dessinés avec une chute des reins à s’en damner bien qu’elle puisse sembler menue et manquant de chair de certains.

Elle a quelques tâches de rousseurs et ses joues rosissent facilement. Maquillée et coiffée, elle est « bonne » comme diraient les adolescents la regardant derrière une allée. Au matin, les cheveux emmêlés et la marque de l’oreiller sur la joue, elle a un certain charme : comme dirait ses amants.

Le soir venu, invitée chez des amis, Judith a troqué sa sage tenue pour une robe noire à la longueur subjective. Elle porte des talons à aiguille haut, dont le soulier rouge bien connue laisse apparaître son immense fortune. Un collier doré et des pendentifs aux oreilles l’ornent, tandis que sa chevelure a été détachée pour ne reposer que du côté droit de son visage.  

La voix de Judith est séduisante, chaude et agréable. Un léger accent anglais est perceptible.

Description mentale
Aussi menue soit-elle physiquement, Judith a une force de caractère puissante qui la rend dangereuse pour autrui. Elle est sure d’elle et s’apprécie à sa valeur, et peut-être au-delà. Elle n’est pas du genre à douter d’elle-même ou à craindre les ragots.

Si on juge d’elle qu’elle a la classe et qu’elle a toujours été de ces jeunes femmes populaires depuis la primaire jusqu’à l’université, c’est sans doute par cette force de caractère qui fait qu’elle attire les plus faibles prêts à tout pour ne pas devenir la victime de ses femmes aux mains fuselées et aux traits réguliers et fins.

Princesse anglaise, elle apparaît souvent comme une conquête à saisir du fait de l’apparence qu’elle donne, de ses manières bien élevées et de la séduction qu’elle dégage. Paradoxalement, elle peut inspirer une certaine crainte également chez les hommes qui peuvent l’imaginer comme difficilement accessible.

Judith n’a pas un fort instinct maternel et n’éprouve pas d’affection particulière à la vue d’un enfant, d’un bébé ou d’une boule de poil adorable. Elle aurait plutôt du mépris envers ce que les gens jugent d’adorables et considèrent les enfants comme des nuisances plutôt que comme des bienfaits. L’idée d’être enceinte un jour l’écœure et elle n’apprécie guère cette idée qu’une femme se doit d’enfanter. Il est fort à parier qu’elle préféra faire appel à une mère porteuse si elle se devait d’avoir un enfant plutôt que d’accepter l’idée qu’un extraterrestre lui déforme le corps.

Pourtant, elle est très maternelle envers sa propre famille. Que ce soit de son père, à son frère jumeau, de ses jeunes frères ou de sa jeune sœur, Judith se sent le devoir de les protéger et agit en véritable lionne quand il s’agit d’eux. Toute personne qui essayerait de faire du mal aux siens ferait mieux d’éviter de se retrouver entre ses griffes. Judith aurait à cœur de le torturer longuement.

Malgré ça, Judith juge la plupart des êtres de sa famille de faible. Ainsi son père est « un gamin irresponsable et utopiste », son frère jumeau un « débile profond qui gâche sa vie »,  son frère Jacques « une petite racaille qui tombera sur plus fort que lui tôt ou tard », sa petite sœur « une plaie » et son petit frère « un morveux. »
Seul Simon, son frère autiste, s’évite les critiques vives.

La personne dont Judith est la plus proche dans son foyer demeure le scientifique Eden Indentshi qui l’a élevé avec son père. Elle l’estime et écoute son avis ce qui peut, parfois, tempérer son caractère.

Judith est pédante et arrogante. Elle se considère bien née et ne souhaite pas s’en excuser. Elle n’éprouve pas de remords face à la pauvreté ou les situations de gens qui ont plus de difficulté qu’elle et trouve écœurant et débile l’idée qu’on mette toujours en valeur dans les films pour enfant des petits pauvres aux bons cœurs et des riches connards.

Elle serait pourtant presque une caricature de ça. Judith n’est toutefois pas une féministe. Les femmes peuvent bien se débrouiller sans elle ! Elle considère la plupart d’entre elles comme faibles et sans le moindre intérêt. Elle a le même avis sur la plupart des hommes. Les faibles d’esprits, les maladroits, les feignants sont les pires sujets qu’elle peut aborder.

Extrémiste, Judith est persuadée que la justice n’existe pas et que pour permettre un monde acceptable où vivre, il faut savoir sévir quitte à créer un sentiment de terreur. Persuadée que c’est de l’instabilité que naissent les pires idées, elle défend avec ferveur un régime plus sécuritaire, voir totalitaire.

La liberté d’expression et les libertés individuelles ne devraient jamais être plus importantes que la tranquillité et les droits du peuple. Pour cette raison, Judith est pro-hybridation. Il n’y a aucune raison à ses yeux que les êtres humains les moins utiles de la société ne deviennent pas l’esclave de ceux qui le méritent. Elle ne voit pas en quoi un violeur, un tueur, un assassin devrait mériter la tranquillité de la mort OU PIRE de vivre à ses frais dans une jolie prison où on lui servirait trois repas par jour.

Bien qu’elle ne l’avoue jamais, Judith est traumatisée par la mort de sa mère – toxicomane et par le nombre de fois où elle a dû récupérer son père dans un état lamentable avec une aiguille dans le bras. Elle se souvient de son enfance, gardée par des milliers (souvent peu fréquentables) de son père. Et des larmes de ce dernier. Elle sait ses tentatives de suicides, ses peurs et ses lubies. Puis, elle sait aussi sa haine envers les violeurs et les raisons.

A ses yeux, si son père avait accepté d’arrêter de s’inquiéter pour les autres, d’aimer les autres, de croire et de vouloir l’amour, il aurait été plus heureux. Ce qui explique les choix de Judith. Judith ne croit guère en la rédemption. (Combien de fois sa mère avait-il juré qu’elle arrêterait ? Combien de fois son père va-t-il promettre la même chose ?) De telle sorte que bien que son père ai cessé de se piquer, elle fouille régulièrement ses affaires, l’accuse de vouloir replonger ou peut aller jusqu’à tenter de le piéger.

Vicieuse, elle n’hésitera jamais à piéger une personne pour son propre intérêt, par jeu ou par plaisir sadique. Judith apprécie de jouer avec les personnes comme un chat joue avec une souris. Son but n’est pas de tuer la personne, juste de se distraire.

Contre toute forme de drogues, Judith fume pourtant des travestijs, - même si c’est peu régulier – et a boit du vin français. Elle apprécie également le whisky et le rhum, mais n’a pas de gout pour la téquila ou la vodka.

Elle se laisse toutefois que rarement aller dans un état secondaire. Depuis quelques temps, toutefois, elle a pardonné à son père ses erreurs, considérant que ce dernier avait fait du mieux qu’il pouvait au vu de l’âge qu’il avait.

Concernant les hybrides, Judith ne les considère pas comme des êtres humains. Elle n’a aucune forme de respect ou d’empathie envers eux, bien qu’elle considère les tortures inutiles comme « pas indispensables. » Elle juge le système juste, dans le sens où les participants ont volontairement accepté leurs états. Et le fait qu’ils aient préféré une vie de servitude à la mort lui prouve « oh combien » ils étaient faibles à l’origine.
Hors, comme déjà dit, Judith n’éprouve que de la haine envers les êtres qu’elle juge faible et donc inférieur.

Telle un carnivore qui dirait « Ça me fait de la peine de voir l’agonie d’une vache, mais j’aime trop la viande pour arrêter. » Judith pourrait dire : « ça me fait de la peine de voir l’agonie d’un hybride, mais j’aime trop vivre en sécurité pour arrêter. »

Judith n’a jamais été vraiment amoureuse – ses sentiments les plus profonds étant pour les membres de sa famille, mais elle a déjà eu de multiples partenaires sexuels et petits-amis (voir petites-amies. » Non officiels. Elle n’est pas du genre timide et ne craint pas de s’exposer.

Enfin, son caractère flamboyant et de feu peut lui faire agir impulsivement parfois. Si toutefois Judith semble la plus cruelle et la plus dure de la famille Aileward, ce n’est que 90% de l’iceberg. Contrairement aux autres membres de sa famille, Judith a une morale importante. Et elle peut parfois éprouver une vraie empathie et sympathie envers des êtres auxquels elle s’est attachée, qui peuvent la détourner de ses objectifs et de son caractère.

Ainsi, elle pourrait éprouver un peu de sympathie envers un être – même hybride – auquel elle aurait eu le temps de s’attacher et pourrait prendre sa défense.

Histoire
Décembre 2001 : Cassandra White, Adam Dostoïevski et Lange Aileward sont dans la même chambre. Les deux premiers sont bien plus âgés que le dernier et s’amusent à des ébats sexuels qui font rougir le plus jeune. Ils le tirent vers eux, l’encouragent, s’amusent. Ce n’est qu’un jeu pour eux deux. Ils sont les prédateurs, il est la proie.
Mars 2002 : Après de nombreux vomissements, Cassandra est conduite à l’infirmerie de l’académie des Roses Rouges. Le test de grossesse est clair, elle est enceinte. Ses parents avertis, la jeune femme accuse Lange Aileward de l’avoir violé. Fille de bonne famille, elle ne peut pas parler de son amant le toxicomane russe.
Avril 2002 : Un jeune prince anglais violant une riche anglaise, l’affaire fait grand bruit. Pour éviter l’actualité, le père adoptif de Lange l’envoie au Japon poursuivre ses études. Entre deux, Cassandra déclare qu’elle n’a pas été violée et que Lange est son petit-ami. Ses parents sont révoltés face à la différence d’âge des deux jeunes gens.
Mai 2002 : Cassandra apprend au téléphone à Lange qu’elle attend des jumeaux et qu’ils ne sont pas de lui. Que la conception, remontant début novembre, ne laisse pas de place aux doutes. Que c’est Adam le père. Désespérée, elle supplie Lange de dire qu’ils sont de lui et il accepte sans la moindre difficulté.
Juillet 2002 : Les parents de Cassandra acceptent un accord avec la royauté anglaise. Le mariage avec Cassandra et Lange est annoncé pour les années à venir et la garde des enfants revient aux Aileward qui s’empressent de les confier à un tuteur. Face au caprice et à la polémique, il est convenu qu’ils iront au Japon où Lange restera : l’actualité ne permettant pas de permettre que des journalistes soient en permanence avec eux.
Aout 2002 : Les enfants naissent et à peine né, ils sont conduits en lieu sûr. Lange, rentré pour l’occasion, n’aura le temps que d’échanger que quelques mots avec Cassandra. Dormant dans la même chambre que ses enfants – à sa demande – il disparait pendant une semaine et est retrouvé dans un squat avec Adam et Cassandra.
Septembre 2002 : Judith et Philip Aileward sont conduits au Japon sous le nom de famille de « Marv » avec leur père renommé Lun.  

2002/2004 : Les deux premières années des enfants sont un calvaire. Le tuteur de Lange et des enfants est un homme arrogant et prétentieux qui n’apprécie pas les enfants et les nourrices sont très rapidement éjectées dès qu’elles éprouvent de la pitié. Le précepteur essaye en réalité du mieux qu’il peut d’éviter les outrances du jeune père et prince qui semble apprécier la compagnie des phénomènes les moins fréquentables de son établissement scolaire. Finalement, après deux ans de loyaux services, il abandonne, après avoir découvert que Lange était devenu l’amant de la directrice de l’école.

2004/2008 : Daniel Warren, père adoptif de Lange, convainc le père géniteur Richard Aileward de confier Lange à un de ses amis proches : un garagiste. Lun s’apaise au contact de ce dernier et fait la rencontre d’Eden Indentshi, un jeune homme brillant adorant les mathématiques et la science. Eden se montre violent avec Lun, mais semble avoir à cœur de l’aider à changer.
Il l’aide également à élever ses enfants et se montre un véritable ami. Alors que Lun semble aller mieux et que les enfants sont âgés de de six ans et élevé dans un cadre équilibré, le nouveau directeur de l’école demande une enquête.

A l’époque, Lun à une relation avec une jeune femme tout en continuant d’envoyer des messages à Cassandra.

Depuis quelques mois, en effet, le garagiste semble avoir disparu et Lun et Eden élèvent seuls les deux jumeaux.

C’est ainsi que Lun est envoyé chez un psychiatre : Charles Brisebois qui se doit de dire si le garçon peut ou non garder seul ses enfants. Il est en effet à peine âgé de dix-huit ans, âge mineur pour le Japon.

Malheureusement pour Lange, il tombe sur un psychiatre atteint d’érotomanie qui est persuadé que le garçon l’aime. Il marchande le corps du jeune homme qui cède sous la peur de perdre ses enfants.

Rentré à Londres pour les vacances, Lange se marie avec Cassandra, se bat avec Adam, montre la capitale à ses enfants, doit se faire réparer deux dents et disparait quelques jours – en laissant ses enfants à Daniel. Son manque d’équilibre conduit sa famille à refuser qu’il reparte avec Judith et Philip.

2008/2010 : Alors que son père se fait torturer et violer au Japon, Judith et Philip sont élevé par Daniel Warren un homme gentil et affectueux. Cet homme se montre bienveillant et agréable envers les deux enfants. Judith l’aime de tout son cœur et voudrait rester avec lui. Mais, un scandale éclate au Japon, des vidéos de Lange violé et torturé circulant, un incendie et des meurtres autour de ses affaires également. Et surtout, la mort de Cassandra réveillant les médias.
Lange est retrouvé dans un coma profond suite à une tentative de suicide ou d’assassinat.

Daniel confie alors les jumeaux aux Aileward pour retrouver son fils adoptif au Japon.

2010/2012 : La vie n’a rien de joyeuse chez les Aileward. Profondément ancré dans les traditions, Richard éduque durement les petits. Vers la fin de l’année 2010, Lange rentre chez les Aileward mais il n’est pas accompagné de Daniel.

Judith tentera de parler à son père, mais ce dernier est muré dans un silence laconique, se contentant de poursuivre ses études et ayant des difficultés à voir ses enfants. Judith apprendra, par ailleurs, qu’il s’est marié à une seconde femme – avec qui Richard le contraint de divorcer. Puis à une troisième.

Ne pouvant pas faire grand-chose pour son père, Judith qui a un fort attachement envers son frère, se concentre sur ses études.

A ma même époque, Adam et Eden viennent vivre à la maison. Adam est accompagné de deux enfants : Jacques et Simon. Selon Lange, il s’agit de se ses enfants, bien que personne n’en est jamais entendu parler auparavant. Ils sont en effet déclarés à son nom.

Richard et Adam se prenant régulièrement la tête, Adam finit par partir. Il finit par être arrêter et jugé pour le meurtre d’un bon nombre de personnes.

2012/2016 : Judith vit avec ses frères, son père et Eden. Ils voyagent beaucoup, sans que Lange n’en donne forcément les raisons, et elle doit faire ses études par correspondance. C’est une brillante élève qui parvient bien à suivre un équilibre. Malgré les nombreux mariages de son père, et son instabilité, elle se plait avec lui. Lorsque sa petite sœur née, d’une énième relation de son père, elle en est totalement indifférente.

S’épanouissant dans les sciences et la justice,  Judith commence enfin à être une personne à part entière qui n’est plus que l’enfant joyeuse de son père ou la sœur sympathique de son frère. Elle commence aussi à haïr les fréquentations de son père et de son frère. Elle a une vraie antipathie envers leurs petites amies et ira jusqu’à verser « sans faire attention » de l’eau bouillante sur la chérie de son frère.

2017/2020 : La situation politique étant de plus en plus fragile, la famille Aileward demande à Lange de rentrer à Londres. Lange qui n’en a guère envie accepte pour éviter une contrainte familiale. Il ne pense rester que quelques mois, mais trouve une place dans un journal local et commence à fréquenter une personne qui le fait rester.

Dans le même temps, Philip se fiance à une jeune femme – au grand damne de Judith tant la jeune femme est stupide et bête et n’a que des gros seins pour elle. Toutefois, elle-même fréquente des personnes, en particulier de riches industriels. Elle commence à se faire bien voir, à faire des élocutions télévisées et se fait entendre pour la potentiel du projet Nekocriminal. Elle investit du temps et de l’argent dans le projet.

Elle pousse Eden à chercher une place de scientifique là-bas. Finalement, ce dernier acceptant, elle est heureuse de voir sa famille s’envoler vers l’île. Et peu importe que son père ne verra plus l’être aimé, que son frère doivent annuler son mariage ou que sa famille se voit forcer la main : elle s’en fout. Elle veut être là pour le plus grand changement de l’histoire !
.

Devant l'écran

Je suis toujours Lod, j'ai toujours 28 ans, je suis toujours une fille, je suis toujours joignable sur mon skype : Crazylod et je suis toujours .... bête ♥


Dernière édition par Judith A. le Lun 16 Jan 2017, 03:23, édité 6 fois
Lun 16 Jan 2017, 00:55
Invité
Invité


BIenvenu Judith ! Je m'occupe de la validation de ta fiche une fois avancé !

(Je sais que c'est toi !)
Lun 16 Jan 2017, 03:18
Invité
Invité


Merci et terminé ♥

(Je sais que c'est moi !)
Lun 16 Jan 2017, 15:11
avatar

Mes posts : 89
Membre depuis le : 27/11/2015

Malvenue à vous, Mad'moiselle Judith :c …

_________________
J'aspire ton âme en #006600
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Jan 2017, 20:09
Invité
Invité


Tu es citoyenne ou scientifique ? (Dans le groupe.)
Lun 16 Jan 2017, 21:18
Invité
Invité


C'est toi l'admin, à toi d'voir !

Je te remercie pas, ''employée'' hybride.
Ven 17 Fév 2017, 23:51
avatar

Mon âge : 24 années
Je suis un : citoyen

En plus : je suis toute faible mais je suis un peu inconsciente

Mon maître : Moi-même !
Mes hybrides : Toi ?

Mes posts : 671
Membre depuis le : 10/07/2015




Tu es validée !


image du personnage

Hey, j'ai un secret à te dire ... Tu es validée. Ton avatar et ta race ont été automatiquement recensés. Maintenant que tu as fait le plus gros, il te reste encore quelques petites choses à demander. Allez, ne fais pas cette tête, tu y es presque !

Tu peux demander un rang : ici et un logement pour les Maîtres ou Maîtresses : . Si tu veux un joli avatar tu peux aller demander de l'aide par ici.
Tu peux faire ta fiche de relation ici. Bien sûr, tu peux également faire ta demande d'Esclave ici. Cependant, ce n'est pas parce que tu n'as pas d'Hybrides que tu ne peux pas RP, c'est pourquoi, tu peux aller ici pour recruter un partenaire !

Une dernière chose .... Amuse-toi bien parmi nous ;)






_________________
« Ma voix résonne aux creux de tes oreilles en #730800 »

Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dirèktè Lona Sando Joseph pran nan gonm akoz magouy pou madanm li Judith Benoit
» Judith Benoit yon ti poulich ki fè Gassan eksite, kakut , istwa pouvwa ak sèks
» Judith d'Aphel [ Comtesse d'Ydril ]
» Judith Gasnier
» Une suite pour le documentaire « Pourquoi pas Haïti? » 10 Janvier à RDI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Criminal :: La communauté :: Les anciens personnages.-
Sauter vers: