Vous pouvez voter pour le forum toutes les deux heures, ne soyez pas timides et votez !

Règlement
Contexte
Groupes
Bottin d'avatars
Prédéfinis
Partenariats
FAQ

Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Benjamin ! Pour votre information, je suis la fondatrice de ce forum ! Je suis absente pour le moment donc veuillez prendre contact avec un autre membre du staff.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Aurora N. ! Pour votre information, je suis administratrice sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problèmes ! Je suis disponible ici.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Orson ! Pour votre information, je suis administrateur sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problème ! Je suis disponible ici.
Les rumeurs du mois



 

Partagez | 
 Besoin de réfléchir. {PV : Haku}
Lun 17 Avr 2017, 00:48
Invité
Invité


Ça avait commencé il y a quelques semaines. Ça avait commencé par des rêves : Je voyais un village, des paysages de verdure, pas celle de l'île. Je ne les reconnaissais pas, mais j'avais l'impression qu'ils me disaient quelques chose, que j'étais plus proches d'eux que de tout ce que je voyais depuis mon hybridation, et pourtant, malgré tous mes efforts, ils ne restaient rien de plus que des images, des tableaux peints à l'encre grise dans ma tête. Je ne pouvais pas les visiter, seulement les observer.
Peu à peu, tout se remplissait de vie, couleurs, sons, odeurs, ces rêves devenaient si réels que mes réveils me laissaient fatigués, comme de n'avoir pas dormi. Je prenais donc l'habitude de visiter dans mes songes ces lieux insolites, je croyais y être seul quand soudain, d'un jour à l'autre, tout changea : Les rues désertes se virent remplies de gens, les pâturages de bétail en tout genre. Tous ces visages me semblaient flous, mais j'avais l'impression de les reconnaître...Est ce que je devenais fou ?
Les signes de ces escapades nocturnes se répercutaient sur ma vie éveillée : Cernes, manque d'attention, regard moins vif, c'est comme si tout cela me minait de l'intérieur sans que je ne puisse y faire grand-chose, sans que je ne puisse savoir pourquoi je rêvais de cela. J'avais besoin de réfléchir, c'est tout, de quitter un peu le bruit de la ville.
C'est ainsi qu'un samedi, au crépuscule, je m'éclipsais hors de mon domicile, profitant des ruelles pour lentement et discrètement sortir de la ville. En marchant, j'inspirais l'air pur de la forêt, observais tout autours de moi. Je pouvais enfin penser en paix à ces visions et à ce qu'elles pouvaient bien vouloir dire. Mes pas finirent par me mener jusqu'à une région plus montagneuse, et, m'allongeant sur le ventre et observant la vue à couper le souffle.
Qu'est ce qui m'arrivais ? Est ce que je commençais à retrouver des souvenirs de mon ancienne vie ? Pourquoi maintenant ? Comment cela se faisait il ? Plus les questions trottaient dans ma tête, plus je venait à me demander qui j'étais vraiment, et le découvrir me faisait peur.
Lun 17 Avr 2017, 12:31
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Après plusieurs jours à espionner Iris depuis l'extérieur, il avait plus ou moins remarqué que quelque chose clochait. L'hybride araignée dormait de moins en moins bien, et avait de ce fait l'air de plus en plus exténué. Déjà que tous les derniers évènements l'avaient perturbés, alors cette chose inconnue qui était apparut dans l'esprit d'Iris était certainement mal venue. Il craignait fortement que l'état de son protégé se dégrade encore plus, au point qu'il ne puisse cette fois plus en dormir. Et savoir que quelque chose perturbait autant Iris angoissait terriblement le petit roux, qui ne trouvait plus le sommeil tant il était inquiet.
Il passait ses journées à surveiller par les fenêtres, posté sur des toits, ou à suivre, toujours en empruntant les toits, l'hybride araignée dans chacun de ses déplacements. Il avait peur qu'il tombe sur un traqueur, ou un autre humain peu recommandable, ou qu'il soit vraiment déprimé... Et quelque part, il se sentait responsable de la situation d'Iris. Il le tourmentait beaucoup trop. Ainsi, il avait préféré rester à distance, espérant que l'hybride araignée irait mieux ainsi. Mais même en le niant, il était compliqué de ne pas réaliser que se séparer trop longtemps de l'arachnide le faisait aussi souffrir. Mais il se consolait en le surveillant ainsi... Même si il avait franchement besoin de la proximité d'Iris. Il exécrait les contacts physiques, il avait peur de l'affection, mais persistait à sentir un manque de câlins... Plus logique, c'était compliqué. Il n'y comprenait strictement rien.
C'était ainsi qu'un après-midi, il avait décidé de cesser sa surveillance de l'hybride araignée pour lui trouver un remontant. Même si il n'avait pas beaucoup de culture -il n'était pas vraiment allé à l'école après tout-, il lui était arrivé d'écouter des discutions. Et plusieurs fois, il avait entendu parler des adolescentes à l'hôpital, qui disaient que le chocolat remontait le moral. Si il donnait beaucoup de chocolat à Iris, alors, il serait sûrement heureux ? Un peu de chocolat pour qu'il ne soit plus triste, avec des doses en plus, ça le rendrait sûrement vraiment content... Dans sa tête, c'était un espèce d'aliment miracle, qui devait rendre les gens toujours un peu plus contents. Plus ils en mangeaient, plus ils étaient heureux. Alors, aller en piquer pour Iris, ce serait sûrement très bien.
Après avoir gambadé en ville au milieu d'humains qui lui jetaient souvent des regards suspicieux en voyant son accoutrement, il aperçut finalement un bâtiment avec marqué "chocolaterie" en gros sur la façade. S'approchant, il avait fini par entrer. Voyant que la boutique était plus ou moins pleine -tout le monde voulait du chocolat apparemment-, il avait subtilisé une bonne quantité de la friandise avant de partir en courant, non sans se faire poursuivre sur plusieurs mètres avant de semer les humains qui couraient derrière.
Revenant à son point d'observation, il arriva juste au moment où Iris sortait. Où est-ce qu'il pouvait bien allé à cette heure de la journée ? C'était bientôt la nuit, c'était bien trop dangereux... On arrivait dans les heures où trainaient les traqueurs, les hybrides rebelles, les drogués, les alcooliques et les pervers... Pas spécialement une heure pour une ballade en plein air. Est-ce qu'Iris envisageait une opération suicidaire ou...?
Véritablement inquiet, il le suivit donc, surpris de constater qu'il s'éloignait de la ville. Où comptait il aller comme ça ? En dehors ? Dans la nature ? Quittant les toits, il s'appliqua donc à suivre l'hybride araignée le plus discrètement qu'il pu. (tâche ardue en temps normal, mais Iris était tellement prudent, que marcher juste à côté ne l'aurait même pas alerté) Il commençait à penser que ce pauvre arachnide était plus qu'imprudent. Il était même carrément inconscient. Et c'était mentir, que de dire que le roux n'était pas effrayé pour son "petit" protégé. Et où allait il ainsi ?
Il remarqua bien vite le changement de reliefs autour d'eux. Il y avait plus de montées et de descentes, comme si on s'approchaient de montagnes... ou des falaises. Horrifié à ce moment là, il pensa qu'Iris voulait se jeter se suicider en chutant dans le vide. C'est ainsi qu'en le voyant pas loin du vide, allongé, à regarder en bas, il frôla la crise de panique.

- Saute pas ! hurla t-il, arrivant derrière lui, sourcils froncés.

Arrivé près de l'hybride araignée, il l'attrapa et le tira en arrière, furieux. Il pensait donc s'en aller ainsi, comme ça, sans n'avoir rien dit ?! Mais à quoi il pensait ?! Il était décidément complètement frappé ! Il voulait le laisser tout seul, alors qu'il l'aurait sûrement grondé si il avait fait quelque chose d'aussi stupide ?!

- Depuis quand tu décides de te suicider tout seul ?! C'est dangereux ! En plus, si j'étais pas revenu à temps, j'aurais jamais su que t'étais là ! T'as pas le droit de mourir sans m'emmener idiot ! s'emporta l'hybride renard.

Il laissa tomber Iris après l'avoir tiré -par le col, en bon psychopathe qu'il était- assez loin de la falaise. Puis, il se laissa tomber à côté de lui, soupirant.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr 2017, 13:19
Invité
Invité


D'où pouvais-je bien venir ? Je ne connaissais presque rien du monde en dehors de l'île, et l'idée que ma ville natale puisse se trouver n'importe où sur cet immense globe me donnait le vertige, bien plus plus que le grand précipice que je regardais fixement, comme si j'y cherchais la réponse à toutes les questions qui envahissaient mon esprit. Du peu que je connaissais en géographie, peut être l'Europe....Non, l'Amérique. Je serais américain ? Est ce qu'il était possible de trouver une seule chose sensée dans ce fouillis de données...sûrement pas ? Soudain, une voix que je n'avais pas beaucoup entendu depuis un moment se rappela à mon souvenir.

"Saute pas !"

Haku ? Qu'est ce qu'il faisait là ? Avant que je ne puisse poursuivre ma réflexion, je me sentis tirer en arrière avec force. Est ce qu'il m'avait suivi ? J'étais idiot, bien sûr qu'il m'avait suivi, il devait se faire du souci pour moi. J'aurais dû lui en parler dès le début au lieu de partir comme un voleur dans la forêt. Il continua alors, la voix chargée d'émotion.

"Depuis quand tu décides de te suicider tout seul ?! C'est dangereux ! En plus, si j'étais pas revenu à temps, j'aurais jamais su que t'étais là ! T'as pas le droit de mourir sans m'emmener idiot !"

Sur ces mots, il me lâcha, me laissant retomber assis, déjà plus loin de la falaise, puis s'assis à côté de moi, l'air paniqué. C'était totalement de ma faute, comment est ce que j'ai pût ne pas en parler à la seule personne en qui je pouvais avoir confiance ? Peut être que je voulais simplement ne pas l'inquiéter....en tout cas j'avais bien réussi... Ma main vint alors s'apposer sur sa joue.

"Haku, ne t'inquiète pas, je ne comptais pas sauter, j'avais juste besoin d'être un moment loin de la ville...Je...je crois que je commence à retrouver des souvenirs, mais tout est flou, je devais juste réfléchir un moment."

Je le regardais, un doux sourire aux lèvres pour tenter de le calmer, tout en continuant. Ce renard était toujours là pour me protéger, pour me réconforter, peut être qu'il m'aiderait à faire le point sur mes nouveaux souvenirs

"Jamais je ne mettrais fin à mes jours, tant que tu es là, je sais que je veux vivre."
Lun 17 Avr 2017, 15:30
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Rien que de songer à l'idée que l'arachnide ait put avoir envie de disparaître lui faisait du mal. Comment il avait put seulement y penser ? Il n'était peut être pas si innocent que ça alors... Iris était tant tourmenté que ça ? Et il n'avait pas agit avant ? Il s'en voulait énormément. Il était véritablement un incapable. Il ne pouvait même pas venir en aide à la personne qu'il aimait quand il fallait... Là, il aurait dut agir bien avant... Il n'aurait pas dut blesser Iris... A quel point est ce qu'il l'avait fait souffrir pour qu'il pense une seconde à se jeter d'une falaise ?
Quand la main de l'hybride araignée vint se poser sur sa joue, il se retint pour ne pas la repousser. Il était furieux, contre Iris, et contre lui même. Il aurait dut le comprendre avant... Il aurait dut savoir qu'Iris était malheureux à ce point...

"Haku, ne t'inquiète pas, je ne comptais pas sauter, j'avais juste besoin d'être un moment loin de la ville...Je...je crois que je commence à retrouver des souvenirs, mais tout est flou, je devais juste réfléchir un moment."

Quand bien même il disait cela en souriant, le roux était incapable de croire qu'il n'était pas prêt à sauter. Dans sa tête, ça criait "mensonge" tout le temps. Puis, il se stoppa net en entendant qu'Iris retrouvait ses souvenirs, et qu'il avait besoin d'y réfléchir. Il retrouvait sa mémoire ? Il allait savoir pourquoi il était ici ? Piqué par la curiosité, il n'avait plus qu'une envie : tout savoir, en détail. Il voulait aider l'arachnide à recoller les pièces du puzzle. C'était un peu un jeu, tout ça. Il fallait emboiter les souvenirs, et leur trouver une suite logique... C'était amusant.

"Jamais je ne mettrais fin à mes jours, tant que tu es là, je sais que je veux vivre."

Retour au sujet qui fâche. Et encore une fois, il ne le croyait. Cette fois, c'était parce qu'il le refusait catégoriquement. Les paroles d'Iris lui semblaient stupides et dénués de sens. Parce qu'il serait là, il voudrait vivre ? C'était le comble de la bêtise ! Il repoussa la main de l'hybride araignée d'une tape plus ou moins violente. Il ne supportait définitivement pas tous ces bons sentiments. C'était illogique, et effrayant. Comment les gens pouvaient penser cela ? La moindre sympathie à son égard le terrorisait... Il n'y était pas habitué, il ne le comprenait pas, il ne le méritait pas... Il ne pouvait pas vraiment l'expliquer, car on ne peut jamais vraiment expliquer les peurs... Mais il le supportait très mal.

- La ferme idiot. On se passera de tes discours mensongers, riposta t-il.

A ces mots, il tira de sa poche plusieurs chocolats en forme d'oeufs. Chocolats blancs, noirs, ou au lait, là n'était clairement pas la question, puisque c'était du chocolat, et tout ce qui importait Haku, c'était d'obliger Iris à en manger. Le plus possible. Quitte à le gaver comme une oie, si il pouvait être content, il en avait rien à cirer. Si il le fallait, il remplacerait toute la nourriture dans les placards d'Iris par du chocolat. Il n'aurait pas le choix.
Il attrapa ensuite un chocolat pour le lui mettre dans le bec, ne lui laissant aucunement le temps pour protester. Puis, il lança un regard sévère à l'hybride araignée, qui voulait dire "Tu bouffes où je t'y contrains", avant de se rapprocher un peu. Dès lors, il sembla drastiquement se radoucir.

- De quoi t'es tu souvenu ? Depuis quand les choses te reviennent ? demanda t-il, penchant la tête de côté, l'oreille de ce côté se penchant dans le même sens, donnant presque un air comique au geste.

Il attendit ensuite patiemment sa réponse, non sans surveiller si son protégé mangeait le chocolat -c'était très important-, prêt à le gaver de force.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Avr 2017, 21:14
Invité
Invité


Il me sembla qu'il n'avait pas apprécié les mots que j'avais employé, il me le fis comprendre en giflant sans ménagement la main que j'avais posé sur sa joue tout en me fusillant du regard. Il n'avait jamais aimé mon ton idéaliste, mais c'était la première fois qu'il y réagissais aussi violemment, ça me faisait un peu peur, je savais qu'il pouvait être violent quand il s'emportait. Il vint ensuite me parler d'un ton rageur, sur la défensive.

"La ferme idiot. On se passera de tes discours mensongers."

Il savait bien que je ne mentais pas, mais je le connaissais comme ça, il n'appréciait pas mon optimisme et je devais m'y contraindre, essayer de ne pas le vexer sans faire exprès, mais c'était parfois un peu dur. Sans que je ne sache vraiment quoi, il me sembla le voir sortir je ne sais quoi de sa poche, et, avant que je ne puisse réagir, je vis sa main s'approcher à toute vitesse s'approcher de mon visage et fermais les yeux. Cependant, ce n'est pas l'impact d'un coup que je reçus, mais la sensation qu'il venait de glisser quelque chose dans ma bouche, vu le goût c'était....du chocolat blanc ? J'étais étonné, mais, le fait d'ouvrir les yeux en le voyant s'approcher et de l'entendre commencer à parler d'un ton plus doux me fit penser que je ne pouvais pas me plaindre.

"De quoi t'es tu souvenu ? Depuis quand les choses te reviennent ?"

Je mâchais doucement l'oeuf en chocolat qu'il m'avait forcé à manger, le réduisant bien vite à un état de pâte que j'avalais goulûment, c'était bon, je me demandais si il ne les avait pas pris chez le meilleur chocolatier de la ville. Malgré sa manière de me le donner et sa réaction, ce geste et le mouvement de tête qu'il fit juste après lui rendirent l'air mignon que j'adorais tant chez lui. Souriant, je commençais à lui répondre.

"Depuis...deux semaines à peu près, je vois des paysages, des villes, des gens, je me souviens pas exactement de tout, mais je suis sûr et certain que c'est là d'où je viens, je crois que le nom me dis un truc...Rigturp je crois...je suis pas encore allé vérifier."

Sur ces mots, je penchais la tête sur le côté, et ajoutais, commençant à me détendre et apaisé de pouvoir en parler.

"Au fait, merci pour le chocolat, il est très bon."
Mer 19 Avr 2017, 19:00
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

C'est non sans une certaine satisfaction qu'il constata que son protégé à huit pattes mangeait bien son chocolat. S'il avait refusé, il l'aurait forcé par tous les moyens, il était donc préférable qu'il se soit plié à une dégustation tranquille. Et ça ne lui aurait pas vraiment plut, de forcer Iris à manger du chocolat... Mais si ça pouvait le rendre heureux, alors, peut être qu'au final, ça importait peu...? En tout cas, il était maintenant curieux de savoir si cela avait vraiment un effet sur les gens. Voyant le sourire qui s'était dessiné sur le visage de l'arachnide, il ne put que penser au miracle : le chocolat rendait vraiment heureux ! Et évidemment, maintenant, il n'avait plus qu'une envie : qu'Iris en mange plus et soit encore plus content. Il aimait tant le voir ainsi sourire, et il voulait qu'il puisse tout le temps le faire.

"Depuis...deux semaines à peu près, je vois des paysages, des villes, des gens, je me souviens pas exactement de tout, mais je suis sûr et certain que c'est là d'où je viens, je crois que le nom me dis un truc...Rigturp je crois...je suis pas encore allé vérifier."

Il l'écouta avec attention, tentant de réfléchir à un moyen de l'aider à se dépêtrer dans ce flou étrange. Ca avait débuté il y a deux semaines... Il était donc possible que d'ici quelques semaines, tout soit revenu, non...? Il se souvenait d'où il venait, c'était en soit un bon départ. Mais quand il énonça le nom de l'endroit, cela n'avança pas vraiment le renard, qui de toute évidence, ne connaissait pas cet endroit. Il se sentit d'ailleurs plutôt embêté à l'idée de devoir le dire à l'araignée, qui devait placer beaucoup d'espoirs en lui quand à l'aide qu'il pouvait apporter... Et il s'en voulait de ne pas pouvoir vraiment l'avancer...
Puis, Iris pencha la tête de côté, semblant plus détendu que quelques instants auparavant (il fallait dire qu'il venait de se faire agresser par un renard en colère, rien de spécialement enviable). Même sa voix avait perdu un certain empressement qu'il avait put y sentir avant.

"Au fait, merci pour le chocolat, il est très bon."

Il ne répondit rien, et lui tendit à nouveau une poignée de chocolats tricolores d'un air insistant. Puis, renonçant à lancer quelque chose comme "Tu les manges sinon je repeins ton intérieur avec", il décida de revenir au sujet principal, c'est-à-dire au retour des souvenirs de l'araignée. Sujet plus intéressant, et qui semblait tourmenter Iris. Cela devait être compliqué, de se souvenir aussi lentement... Lui, il n'avait mis qu'une semaine à retrouver l'intégralité de ses souvenirs après son hybridation, ce qui avait été extrêmement rapide... Pour l'instant, ça allait, puisqu'il ne se souvenait que de choses floues, mais qu'en serait-il quand des choses plus précises lui reviendraient ? Est-ce qu'il changerait ? Est-ce qu'il serait toujours le même ?

- Je ne connais pas cet endroit... Mais tu sais, le monde est vaste, ça peut être n'importe où... En tout cas, c'est un endroit important, puisque c'est la première chose dont tu te souviens... Peut être que tu y as passé une importante partie de ta vie, ou qu'il s'est passé quelque chose de marquant là-bas. Tu ne te souviens d'aucun visage ? Aucun nom ?

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr 2017, 21:14
Invité
Invité


Je l'observais me tendre d'autres œufs en chocolat, chacun de couleur différentes. Voir qu'il donnait toujours autant de lui pour me remonter le moral me faisait plaisir, quoi qu'il arrive, je pourrais toujours compter sur lui, j'avais de la chance de l'avoir rencontré, il allait même m'aider à retrouver quelqu'un uns de mes souvenirs, à retrouver une partie du moi d'avant, et à vrai dire, j'avouais être impatient de tout savoir, même si une partie de moi devait ne pas être aussi rose que je l'idéalisais, j'entendis Haku me parler.

"Je ne connais pas cet endroit... Mais tu sais, le monde est vaste, ça peut être n'importe où... En tout cas, c'est un endroit important, puisque c'est la première chose dont tu te souviens... Peut être que tu y as passé une importante partie de ta vie, ou qu'il s'est passé quelque chose de marquant là-bas. Tu ne te souviens d'aucun visage ? Aucun nom ?"

Je prend rapidement les œufs et commence à les mâcher, tous en même temps, je n'avais jamais été fan du chocolat noir, alors le mélanger aux autres me permettrait de le rendre meilleur. Encore une fois, j'expédiait le chocolat réduit à l'état de pâte informe au fond de mon gosier et souriait à Haku, curieux de savoir ce qu'il avait en réserver. Finalement détendu, je vins lui répondre.

"Non, rien du tout, enfin, je vois les visages, mais ils ne me disent rien du tout, j'ai l'impression de les connaître, sans plus."

Je passais rapidement ma langue sur mes lèvres, y ayant laissé du chocolat, avant d'être pris d'une étrange impression, comme si tout autours de moi tournais, je regardais Haku se dédoubler et se détripler tandis que ma vision s'assombrissait et que mes paupières se firent de plus en plus lourdes. Ce bref sommeil fut accompagné d'une bien étrange vision, je me voyais entrer dans une petite maison et être accueillis par une mare de sang au milieu duquel trônait un corps inanimé, celui d'une femme, je ne me souvenais pas de qui elle était. J'ouvrais les yeux dans un sursaut et me dépêchait de raconter ce que j'avais vu au renard, mon cerveau tambourinant dans mon crâne.

"Je...j'ai vu un corps.....je ne sais pas qui...une femme.."

En parlant, je commençais à trembler comme une feuille : Ce rêve était horrible, et il n'était rien d'autre que mon passé, une pièce d'un puzzle qu'il fallait essayer de reconstituer, sans que je ne sois sûr de vouloir en savoir plus.
Sam 22 Avr 2017, 11:07
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Ravi à l'idée que l'araignée décide d'elle-même de se nourrir de chocolat, il en oublia presque ce qui s'était passé un peu avant. Il était déjà rassuré qu'Iris aille bien, qu'il respire, et qu'il sourit. Il aimait tellement le voir sourire. Il ignorait à quel point, mais si il pouvait à jamais sourire ainsi, ce serait merveilleux. Il n'était jamais mieux qu'ainsi. Et il ne devait pas être triste, il ne le méritait pas. Alors si du chocolat pouvait le faire sourire au lieu de pleurer, ou de plonger dans la mélancolie, il irait lui en chercher autant qu'il faudrait. Si cela pouvait suffire à son bonheur, il le ferait. Il ferait n'importe quoi.

"Non, rien du tout, enfin, je vois les visages, mais ils ne me disent rien du tout, j'ai l'impression de les connaître, sans plus."

Des visages qui ne lui disait rien...? C'était étrange, il n'avait pas souvenir d'avoir eu tout cela... Peut-être parce que contrairement à Iris, il avait passé pratiquement la moitié de sa vie sans voir un visage clairement... Iris devait avoir tant de visages à se remémorer... Sa famille, ses amis, ses voisins... Peut-être même que certains, il les oublierait à jamais
Puis, relevant les yeux vers Iris -qui s'était foutu du chocolat partout entre temps, il l'aperçut à moitié vaciller, comme si il allait s'évanouir. Il fermait les yeux, les rouvrait à moitié avec un air groggy, assommé. Qu'est ce qu'il se passait ? Puis, voyant que ses yeux étaient maintenant complètement clos, et qu'il risquait de tomber sur le côté, il alla le soutenir doucement, inquiet. Qu'est ce qu'il avait à ainsi s'évanouir ? Il y avait du poison dans le chocolat ? Il était malade ? Fatigué ? Il commença à paniquer, incapable de savoir la marche à suivre, à deux doigts de secouer Iris comme un palmier sous l'effet de l'anxiété. Puis, l'araignée rouvrit d'un coup les yeux, comme secouée par un électrochoc.

"Je...j'ai vu un corps.....je ne sais pas qui...une femme.."

Une femme ? Il n'eut pas vraiment le temps de plus s'interroger, sentant Iris trembler comme une feuille contre lui. Il avait l'air terrorisé, en plein état de choc. Qui cela pouvait être ? Sa voisine ? Son amie ? Sa soeur ? Sa mère ? Sa... Il se stoppa, un peu gêné à l'idée de penser à quelque chose d'aussi horrible. Mais et si ce corps, ce cadavre qu'il avait vu... C'était celui de sa petite amie, avant qu'il arrive sur l'île ? Il aurait été accusé de son meurtre injustement, et aurait fini ici ? C'était stupide, mais cette idée le rendait un peu jaloux. Cela n'avait strictement aucun sens. Qu'est ce qu'il était idiot !

- C'était sûrement quelqu'un d'un tant soit peu proche pour que tu t'en rappelles ainsi... Quelqu'un de ta famille ? Une amie ? Ta petite amie ?

Il n'osa émettre aucune hypothèse par la suite. Les raisons de la mort de cette personne pouvait être multiples... Soit quelqu'un l'avait tuée, soit elle s'était suicidée, soit... C'était Iris qui l'avait assassinée... mais c'était bien trop horrible à penser, et il ne pouvait se l'imaginer. Non, le pire, c'était de songer que l'araignée avait été témoin d'une telle atrocité.
Il lui caressa doucement les cheveux, ne sachant pas trop quoi faire d'autre pour arrêter les tremblement d'Iris. Qu'est ce qu'il pouvait faire sinon ? Il était incapable de consoler quelqu'un... il ne ferait que l'enfoncer, et il en était conscient. Si il essayait, ça allait finir en fiasco... Et il ne voulait pas aggraver l'état de l'hybride araignée... C'était même la dernière chose qu'il voulait.

- Désolé Iris... Mais il est possible que ce souvenir soit en lien avec ce qui t'a amené ici...

Il ne rajouta rien, par peur de trop en rajouter, et de blesser plus que ça Iris. Il songea même qu'il aurait dut se taire... Qu'est ce qu'allait imaginer Iris à cause de lui ? Qu'il avait tué cette fille ? Il se sentit affreusement coupable, incapable de se corriger.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Avr 2017, 11:51
Invité
Invité


Qui est ce que ça pouvait bien être, les idées affluaient dans ma tête pendant que j'essayais de me remémorer le plus possible au sujet du visage de cette personne, pendant que je réfléchissait, j'avais l'impression que de plus en plus de choses me revenaient, je vivais seul, mais on se rendait souvent visite mutuellement, il me semblait me souvenir la voir avec ses parents....ou alors c'étaient les miens ? Ils ne me ressemblaient pas tant que ça, mais comment savoir à quel point cette hybridation m'avait changé. Doucement, Haku vint me parler, tentant de me rassurer.

"C'était sûrement quelqu'un d'un tant soit peu proche pour que tu t'en rappelles ainsi... Quelqu'un de ta famille ? Une amie ? Ta petite amie ?"

J'essayais de mettre en ordre les idées qui me venaient en tête, elle pouvait être n'importe qui d'important pour moi, sœur ? Fiancée ? Amie d'enfance ? Toutes ces idées étaient possibles, mais une seule était vraie, et trouver laquelle était comme chercher une aiguille dans une botte de foin, si ce n'est que ce labyrinthe était ancien, trop ancien pour que je ne puisse m'y retrouver. Doucement, je sentis la main d'Haku caresser tendrement le haut de ma tête, j'avais envie de tout oublier, de me blottir contre cet hybride, de ne plus penser à cet horrible passé qui m'avait conduit ici, mais je ne pouvais pas, tant que je ne saurais pas qui je suis, je ne pourrais pas espérer changer, je ne pourrais pas m'améliorer pour Haku. Je devais trouver la vérité. Puis, tout doucement, avec une sorte de honte dans la voix, il vint me dire.

Désolé Iris... Mais il est possible que ce souvenir soit en lien avec ce qui t'a amené ici...

Je ne m'étais pas faite cette réflexion, mais il avait raison...j'étais sûr que je ne pouvais pas l'avoir tué, mais est ce que l'ancien moi le pouvait ? Je commençais doucement à contrôler mes tremblements, je ne pouvais pas inquiéter Haku comme ça, je devais faire tout mon possible pour le rassurer, mais c'était compliqué, car je ne savais même pas quoi penser, quelle aurait été ma vie sans cette mort, je n'aurais pas rencontré Haku, je ne serais jamais venu sur cette île. D'une petite voix, je répondit doucement.

"Peut être...Je ne crois pas l'avoir tué, mais je ne sais rien de qui j'étais avant, il nous manque peut être des pièces."

Instinctivement, je me blottit un peu plus contre lui, j'avais besoin de son réconfort, j'avais besoin de sa présence si je voulais sortir de cette folie.
Dim 30 Avr 2017, 12:43
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Et si Iris avait vraiment tué cette fille ? Devaient-ils écarter cette possibilité ? Malgré cette possibilité, l'hybride renard était incapable d'une seconde l'imaginer. Il ne pouvait pas admettre que cet être tremblant contre lui pouvait avoir tué qui que ce soit. Rien qu'à voir la manière dont il avait réagit à la vue du cadavre... Il ne supportait certainement pas la vue des cadavres. Alors comment admettre une seule seconde qu'il ait put assassiner un individu malgré cela ? Il y avait dut avoir une erreur judiciaire... Il avait dut arriver sur les lieux un peu avant les forces de l'ordre, et ils avaient dut penser qu'il avait tué cette personne... Mais n'avaient-ils pas enquêter préalablement ? Ou alors... Peut être qu'Iris avait eu des ennuis avec la justice avant...? Mais encore une fois, il avait du mal à y croire.

"Peut être...Je ne crois pas l'avoir tué, mais je ne sais rien de qui j'étais avant, il nous manque peut être des pièces."

C'était vrai, qu'ils ne savaient rien de ce qu'avait put être Iris. Et si il recouvrait tout ses souvenirs, est-ce que tout serait pareil ? Serait-il le même ? Ou bien, se transformerait il en monstre ? Qu'est ce qu'il était vraiment ? Est-ce qu'après avoir recouvré ses souvenirs, il aurait encore besoin de lui...? Il avait peur qu'il le repousse, qu'il s'en aille, décline son aide... Puis, il pesta intérieurement, pensant que ses pensées étaient complètement stupides, avant de les chasser de son esprit.
Il sentit ensuite Iris se serrer plus contre lui, réprimant l'envie de l'envoyer balader. Il avait besoin de ça, il ne devait pas le repousser. Il ne devait pas le blesser. Quand bien même il avait l'impression d'agoniser au moindre contact physique. Il se sentait terriblement mal ainsi, il avait peur, il avait envie de pleurer, de s'en aller. Le moindre contact le terrifiait. Il avait l'impression de sentir à nouveau la douleur, la peur, tandis que son esprit s'évaporait, le laissant tourner dans des souvenirs bien trop insupportables, lui faisant pratiquement oublier ce qui se passait réellement.
Il tenta vaguement de se contrôler, de réprimer la terreur qui grimpait en lui, mais rien n'y faisait : tout tournait à toute vitesse dans sa tête, et il peinait à respirer. Mais il ne devait pas. Il ne devait pas paniquer. Pestant, se maudissant, s'énervant contre lui même, avec l'irrésistible envie de se frapper, il chercha à se concentrer sur autre chose, à se raccrocher à ce qu'il devait faire.
Dans un ultime élan de colère, il se mordit la lèvre jusqu'au sang pour se calmer, serrant pourtant du plus doucement qu'il put l'hybride araignée contre lui. Il ne pouvait pas le laisser tomber pour de telles imbécilités. Il devait protéger Iris à tout prix. Il n'avait pas le droit d'être faible.

- Ca ira... Qu'importe ce qui a put se passer, ce n'est pas ta faute, ce n'est pas ta faute... Tu ne l'as pas tuée...

Il ne pouvait pas croire une seconde qu'Iris ait put faire du mal à qui que ce soit par sa seule volonté. C'était tout simplement impossible. Quelqu'un avait dut l'entraîner, l'obliger à faire quelque chose... Ou c'était seulement une erreur.
Dans tous les cas, même si Iris le pouvait, il ne pardonnerait pas les responsables. Ils pouvaient toujours courir, si ils étaient sur cette île, il les éliminerait. Ils n'avaient pas le droit... Pas le droit d'avoir fait du mal à Iris...

- Je resterai avec toi, quoi qu'il soit arrivé... Alors n'aie pas peur de te souvenir, je ne te tournerais pas le dos.

Quoi qu'il arrive, il devait rester avec Iris. Il n'avait pas d'autre mission, pas d'autre but. Alors il ne devait pas échouer.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 01 Mai 2017, 13:33
Invité
Invité


Alors que je me lovais contre lui, j'avais l'impression de le déranger : Je pensais qu'il commençait à s'habituer à ce contact, mais c'était bien sûr faux : Je ne pouvais pas le forcer à changer. Le fait d'entendre son souffle haché par le malaise me faisait de la peine, mais je ne pouvais rien y faire, j'avais l'impression que mon corps ne voulait pas bouger, qu'il refusait de se détacher d'Haku, j'avais besoin de cette étreinte, juste un tout petit peu plus longtemps, tant qu'il était près de moi, je n'avais pas à m'inquiéter, rien ne pouvait me faire de mal.
 Tout doucement, je sentis son souffle se calmer, et qu'il me rendit son étreinte. Comment le remercier ? Il prenait sur lui pour m'offrir un peu de douceur et de tendresse, au moment ou j'en avais le plus besoin, alors qu'il existait une chance pour que j'aie, il y a à peine quelques mois, été un meurtrier, un monstre. Je lui devais beaucoup : Rien ne l'obligeait à rester avec moi, alors que sans lui, je dépérirais. Doucement, j'entendis sa voix atteindre mes oreilles.

"Ca ira... Qu'importe ce qui a put se passer, ce n'est pas ta faute, ce n'est pas ta faute... Tu ne l'as pas tuée..."

 Ces quelques mots, si simples qu'ils soient, déclenchèrent dans ma tête un véritable torrent de gratitude : Il croyait en moi, il me faisait confiance, alors que même moi je n'étais sûr de rien. Je ne savais même pas que faire pour le remercier, il méritait tant de choses, pour sa tendresse, toutes ses attentions, mais je n'avais rien à lui offrir, je ne savais pas comment lui faire plaisir.

 "Je resterai avec toi, quoi qu'il soit arrivé... Alors n'aie pas peur de te souvenir, je ne te tournerais pas le dos."

 Doucement, je sentais mon coeur battre dans ma poitrine, à chaque fois qu'il m'encourageait, qu'il me rassurait, je me sentais capable de soulever des montagnes, même si, sur le coup, je n'avais pas grand chose à faire, à part simplement attendre que mes souvenirs reviennent. Calmement, je vins sourire au renard, défaisant un peu mon étreinte pour le laisser respirer.

 "Merci de toujours être là pour moi. Au début, je pensais que j'avais besoin d'être seul pour réfléchir, mais sans toi, je ne sais pas ce que j'aurais fait, sois sûr que même en retrouvant mes souvenirs, je ne changerais pas."

 Je lui souriais calmement, ça m'avait fait du bien de lui dire ce que j'avais sur le coeur, face à face, les yeux dans les yeux. Je ne connaissais rien de ma vie d'avant, mais si on ne m'avait pas emmené sur cette île, je n'aurais pas rencontré Haku.
Lun 01 Mai 2017, 16:44
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Il les sentait, les battements de coeur d'Iris. Ils faisaient du bruit, ils résonnaient, indéfiniment. Mais malgré cela, il sentait que l'hybride araignée allait un peu mieux. Il ne tremblait plus, semblant plus paisible. Il préférait quand Iris était ainsi... Il le préférait souriant, détendu, comme il devait simplement l'être, détaché de la réalité bien trop laide. Les rêves étaient plus doux, et se bercer d'illusions permettait de soigner les blessures. Ouvrir les yeux, c'était toujours douloureux. Il n'y a que la vérité qui blesse. Qui nous pique, nous écorche, nous transperce et nous dissèque. Et Haku préférait qu'Iris soit loin de cette vérité là. Qu'il en reste à l'abri, le plus loin possible, qu'il s'en cache...
Il laissa son aîné se détacher de lui, malgré lui satisfait de cette fin de contact de toute évidence trop pénible. Il devrait trouver quelque chose pour pallier à ses traumatismes rapidement... Parce que jusque là, Iris s'était montré amateur des étreintes... C'était décidément dérangeant pour la suite ! Mais malgré tout, il était satisfait de voir son camarade sourire à nouveau. Ça lui allait tellement mieux qu'un air peiné !

"Merci de toujours être là pour moi. Au début, je pensais que j'avais besoin d'être seul pour réfléchir, mais sans toi, je ne sais pas ce que j'aurais fait, sois sûr que même en retrouvant mes souvenirs, je ne changerais pas."

Tout en disant cela, il sentit que l'hybride araignée le fixait directement dans les yeux, ce qui eut pour seule réaction de le faire cramer de l'intérieur. Si son cerveau avait été un homard, il aurait été cuit. Parce qu'il avait l'impression de brûler de l'intérieur d'un coup. Tellement qu'il avait viré au rouge. Tellement qu'il perdait tous ses moyens, fuyant le regard d'Iris. Il détestait cela. Il détestait vraiment cela. Il ne comprenait rien, il ne comprenait vraiment rien. Et il avait un peu mal au coeur, rien que de songer au fait qu'on puisse lui être reconnaissant. C'était mauvais, ce n'était pas normal, il n'en voulait pas.
Mais il était rassuré que l'araignée ait assuré rester le même. Il ne voulait pas qu'il devienne néfaste, qu'il perde toute son innocence. C'était peut-être égoïste de songer ainsi, de ne pas vouloir que les gens changent... Mais si Iris demeurait incapable de voir la réalité cruelle comme elle était, ne serait-ce pas mieux ?

- Sois prudent quand même... Si ces souvenirs te font trop souffrir, tu ne dois pas les laisser te faire plus de mal... Tu as le droit de fermer les yeux, et de tout modifier... De toute manière, ici, ça n'a plus d'importance...

Il était vrai que personne ne lui en voudrait, si il fermait les yeux sur les choses... Il n'y avait plus personne... Plus personne de son passé qui puisse remonter jusqu'ici. C'était un peu... Comme si ils avaient déjà perdu leurs propres existences... Alors, quelque part, qu'Iris se souvienne ou non, cela ne changerait rien, parce qu'il n'était déjà plus rattaché à sa propre personne. Ils étaient deux. Iris d'autrefois, et celui de maintenant. Et ils étaient certainement dissociables... Mais l'un des deux ne pourra jamais pleinement revenir ici...
Puis, il songea par hasard à son propre cas. Qu'est ce qui le rattachait au passé, sinon des images, des sentiments, des cicatrices et d'autres traumatismes...? Erwin était loin sûrement... Et qui il y avait sinon, qui...? C'était étrange, mais il avait l'impression de n'avoir connu personne autrefois. Et c'était un peu désagréable à songer. Peut être parce que personne ne l'avait vraiment connu non plus... A part Erwin... Toujours Erwin...
Il recula légèrement, pensant soudainement à autre chose. Il y avait encore des chocolats. Il devait en donner à Iris. C'était important. Il lui en tendit donc de nouveaux, silencieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 04 Mai 2017, 19:41
Invité
Invité


Alors que je lui parlais, il me sembla qu'une vague de gêne s'était emparée du renard, ses joues passant à un rouge incendiaire tandis qu'il détournait timidement le regard. Il avait, au plus loin que je le connaisse, toujours été comme ça, cette peur qu'on le remercie, sans que je ne comprenne pourquoi, il était pour moi...comme un héros, chaque jour ou presque il était là pour moi, comme si j'étais sa raison de vivre encore plus qu'il n'était la mienne, et ce genre de sentiment me faisait tout simplement chaud au coeur, il n'y avait pas d'autre terme pour décrire ce sentiment. Tout doucement, il vint me parler, d'un ton rassurant, presque paternel.

"Sois prudent quand même... Si ces souvenirs te font trop souffrir, tu ne dois pas les laisser te faire plus de mal... Tu as le droit de fermer les yeux, et de tout modifier... De toute manière, ici, ça n'a plus d'importance... "

J'eu un petit pincement au coeur en l'entendant prononcer ses mots, mais il avait raison, personne ici ne connaissait mon ancienne identité, pour eux je n'était qu'un animal de compagnie, rien de plus, alors, quel que soit mon passé, ça serait notre petit secret, à moi et à Haku. En y pensant, je ne connaissais rien de son passé, et, en somme, très peu de lui, il essayait toujours de ne rien laisser filtrer sur ce qu'il aimait ou ce qu'il faisait quand on étais pas ensembles. Silencieusement, il vint me tendre d'autre oeufs en chocolats, que je prenais avec plaisir pour les mâcher lentement. Je me demandais combien il en avait encore, beaucoup, c'est ce que j'espérais. Avalant les friandises, je lui répondit alors.

"Merci, mais, surtout n'oublie pas, ça compte aussi pour toi, tu ne devrais pas autant culpabiliser sur ton passé, rien ne t'interdit de prendre un nouveau départ si tu veux."

Sur ces mots, je lui sourit sincèrement, alors que ma main vint, sans que je n'y pense plus que ça, prendre la sienne. Je ne voulais pas qu'il change, mais il méritait de pouvoir se détendre.
Sam 06 Mai 2017, 00:14
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Tout semblait vraiment aller mieux pour Iris. La preuve était qu'il avait tout de suite pris le chocolat pour le manger. Il allait encore aller mieux après ! Il allait être plus heureux ! Et il souhaitait vraiment que l'araignée aille mieux, qu'il se remette de tout cela, et reste tel qu'il était. Qu'il continue à rêver, à être un idiot utopiste, et à demeurer aussi gentil qu'il l'était. Tout ça pour qu'il puisse encore être heureux, malgré tout ce qui arrivait. Malgré cette île, cette vie, ces conditions, il voulait qu'Iris reste ce qu'il était, qu'il reste capable d'être heureux. C'était véritablement le plus important... C'était même tout l'enjeu de son rôle. Protéger Iris, pour le préserver. Rien d'autre.

"Merci, mais, surtout n'oublie pas, ça compte aussi pour toi, tu ne devrais pas autant culpabiliser sur ton passé, rien ne t'interdit de prendre un nouveau départ si tu veux."

Il voulait s'éloigner. Fuir. Tout ce qu'il avait besoin d'oublier, c'était qu'Iris tenait à lui. Le reste, c'était sa nature, sa peau. Il n'était rien d'autre qu'un monstre sale, et puis... C'était insensé ! Il avait froid, chaud, tout tournait dans sa tête. Il était incapable de réfléchir, de trouver ce qui était bon. Qu'est ce qu'il fallait faire ? Il ne voulait pas écouter Iris. Il avait peur. Il n'y avait rien à envisager. Il devait juste protéger Iris, et pas oublier ce qu'il avait. Il devait protéger Iris, sans perdre ce qu'il était, ce qui les divisait. Il ne pouvait pas faire comme lui. Il ne devait pas. C'était interdit. Mais pourquoi ? Comment ? Depuis quand ? Est-ce qu'il y avait d'autres options ? Mais bon sang, quelle était la bonne route à la fin !
Il avait beau tenter de s'éclaircir l'esprit, il avait l'impression d'être un tas de nœuds. Et plus rien n'était clair au milieu de cet amas de fils. Alors le sourire d'Iris, la sensation de sa main dans la sienne... Qu'en faire ? Qu'en faire ? Il avait envie de tout déchirer. C'était trop douloureux. Il avait peur. Il avait envie de pleurer, de se boucher très fort les oreilles, et de ne plus bouger, priant pour que rien n'ait existé.
Il repoussa à nouveau la main d'Iris. Il avait envie de lui hurler de ne pas le toucher, de le laisser, mais il savait que ce n'était clairement pas le moment pour blesser l'araignée. Et de même, il ne voulait pas lui faire du mal... Mais il n'arrivait pas à vivre ainsi... Il avait l'impression qu'on l'étouffait, qu'on l'enterrait vivant, sous des choses qu'il ne comprenait pas... Si seulement cela avait été plus simple...!

- C'est pas le sujet. Arrête de me remercier, c'est inutile, c'est seulement ce que je dois faire, et évite de déblatérer de telles imbécilités pour agrémenter ça. C'est trop dur de t'faire comprendre qu'on n'est pas potes, ou quoi que ce soit d'autre ?

Qu'est ce que s'imaginait l'araignée ? Qu'ils étaient proches ? C'était ridicule ! Alors il n'avait pas à tenir de tels discours. C'était comme si un homme disait à une casserole de faire attention à elle : cela n'avait strictement aucun sens... Et même si Haku n'était pas une casserole, et il en était conscient (il était stupide, mais pas au point de se prendre pour du matériel de cuisine), il était convaincu jusqu'au fond de son cerveau -vide-, qu'il n'était rien d'autre qu'un outil. Et on ne parlait pas aux outils. On s'en servait juste. Et ça l'agaçait fortement que l'araignée ne l'ait toujours pas assimilé.
Il lui tendit de nouveaux chocolats pour l'empêcher de répliquer, peu friand de l'idée d'une potentielle dispute, puis marmonna :

- Désolé, ce sont les derniers...

Il aurait dut en prendre plus, mais si il était resté plus longtemps, le vendeur l'aurait attrapé. Et il était nettement mieux de nourrir Iris avec quelques chocolats, plutôt que rien du tout, et le laisser sans surveillance. Surtout qu'au final, il ignorait toujours pourquoi l'autre était allé au bord d'une falaise pour réfléchir... Il s'était penché au dessus du vide en plus... Et malgré les explications d'Iris jusque là, il demeurait coincé sur l'idée que l'araignée avait des idées suicidaires.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 08 Mai 2017, 21:14
Invité
Invité


Je ne savais pas pourquoi ma main avait décidé de chercher la sienne, mais elle l'avait fait, peut être que j'avais besoin de réconfort, de son contact, de n'importe quoi, tant que j'étais avec lui, je ne voulais pas qu'il s'en aille. Quoi qu'il en soit, sa réaction était à attendre, il n'aimait pas ce genre de contact. Je le vis rougir et paniquer, comme si l'effet apaisant qu'avait sa présence sur moi existait à un prix : Au contraire, le fait d'être avec moi lui faisait peur plus qu'autre chose, me condamnant à chercher en vain son amour. Je le vis repousser ma main, au bord de la crise de nerfs, et me dire d'une voix cassante.

"C'est pas le sujet. Arrête de me remercier, c'est inutile, c'est seulement ce que je dois faire, et évite de déblatérer de telles imbécilités pour agrémenter ça. C'est trop dur de t'faire comprendre qu'on n'est pas potes, ou quoi que ce soit d'autre ?"

Entendre ça me faisait mal, ça me brisait presque le coeur, mais je ne devais pas lui montrer, si je pleurais à nouveau devant lui, il se sentirait coupable par ma faute, et je ne voulais pas que ça arrive, il avait déjà bien assez de problème pour devoir gérer un pleurnichard comme moi, alors je me contentais de ruminer ma tristesse, le regardant, ce monde était cruel parfois. Puis, soudainement, il vint me tendre d'autre chocolats, marmonnant d'un ton un peu triste.

"Désolé, ce sont les derniers..."

Je les prenais timidement, ayant peur de les finir trop vite, je commençais alors à les manger un par un, les dégustant le plus lentement possible, ne voulant plus penser à ce qu'il m'avait dit. Je m'obstinais encore et toujours à chercher un minimum d'amélioration dans notre relation, mais ça ne voulais pas, pour lui, j'étais juste quelqu'un sur qui il veillait, et jamais je ne ressentirais à nouveau ce qu'on avait vécu il y a quelques semaines, jamais.

"Pas grave, c'est pas ta faute"
Ven 12 Mai 2017, 23:29
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Il restait ainsi, laissant le temps à Iris de finir les chocolats. Il prenait plus de temps qu'avant... Il devait en profiter. Ce n'était pas comme si il était possible d'avoir du chocolat souvent ici. Et si Iris pouvait aller mieux avec ça... Si ça pouvait lui faire du bien, autant qu'il en profite ! Après tout, c'était l'essentiel... Il devait aller mieux, et renoncer à aller au bord d'une falaise, comme si il cherchait à sauter. C'était bien trop inquiétant... Et il devait absolument protéger l'hybride araignée de ça. D'ailleurs, si Iris avait cherché à se faire du mal, ne devrait il pas rester constamment avec lui pour le surveiller ? On ne savait jamais... Il pouvait toujours faire n'importe quoi si il avait le dos tourné... Et rien que l'idée qu'Iris puisse avoir des pensées suicidaires inquiétait fortement le petit roux. Il n'arriverait certainement pas à dormir avec ça...

"Pas grave, c'est pas ta faute"

Il ne savait plus trop quoi répliquer. C'était un peu sa faute... Quelque part... Mauvais timing, pas assez rapide... Il y avait bien trop d'erreurs venues de lui. Il aurait dut faire mieux... Mais sa fonction première n'était pas de voler, mais de tuer. Même si on "volait" les vies, il était évident que viser une artère et piquer des chocolats, ce n'était pas tout à fait pareil.
Il leva un peu les yeux vers Iris. Il avait l'air peiné, non ? En vérité, il avait du mal à le deviner. Il ne connaissait pas encore assez Iris... Ou du moins, il était surtout un peu aveugle. L'hybride araignée était un livre ouvert, on savait absolument tout ce qu'il ressentait juste en regardant son visage. Et là, il avait une mine totalement défaite. Le renard, après quelques secondes d'observation, tapota doucement le haut du crâne d'Iris.

- Pourquoi tu es triste ?

Il aimait bien la chevelure d'Iris. Il avait l'impression de tapoter la tête d'un petit chien. Et il aimait bien les animaux. Pas qu'Iris avait l'air d'un canidé aboyant toutes les dix secondes, mais il était aussi mignon...
Se rendant vite compte qu'il avait émit un commentaire sur l'apparence de l'hybride en face de lui, il se renfrogna intérieurement, vexé. Même dans sa tête, sans qu'Iris ait eu à faire quoi que ce soit pour, il arrivait à penser ce genre de choses. C'était ridicule !
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai 2017, 07:53
Invité
Invité


Je gardais le regard bas, ne sachant pas comment réagir, est ce qu'il avait raison ? Est ce que tout ce qu'on vivait ensemble ne valait rien ? Penser à ça me faisait mal, alors, peut être que je devais ignorer ces sentiments, oublier l'amour que je ressentais pour lui, mais...comment ? Il était arrivé dans ma vie sans que je ne me rende compte de rien et maintenant il en envahissait presque chaque instant. J'étais perdu et je n'avais pas la moindre idée de ce que je pouvais faire pour empêcher ça. Soudainement, je sentis une main me tapoter doucement la tête. C'était agréable, comme si ça me donnait un moment de répit, comme si je n'avais plus à me torturer l'esprit avec ces sombres idées. J'entendis finalement sa voix, mue par une drôle d'inquiétude.

"Pourquoi tu es triste ?"

Est ce que je pouvais vraiment lui répondre sincèrement ? Lui dire, comme ça d'un coup "Parce que je t'aime de tout mon coeur, mais que je sais qu'entre nous c'est impossible". Non, je ne pouvais pas, ça le culpabiliserais trop, il croirait être la cause de mes soucis, et je devais absolument éviter ça, mes sentiments à son égard, ça n'avait pas à être son problème, je devais régler ça tout seul. Que répondre alors ? Doucement, presque à l'instinct, je marmonnais.

"Je..j'aimerais être plus proche de toi...mais je veux pas te forcer."

C'était dit, lâché comme ça à la manière d'un galet dans l'eau, et j'avais sûrement bien foiré mon lancer, je n'avais qu'à attendre que sa réaction, comme une vague un peu trop en colère, m'emporte, de toute façon, qu'est ce que j'avais encore à perdre à être sincère ? Rien...Juste rien.
Dim 14 Mai 2017, 12:39
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Pourquoi c'était à Iris d'être triste ? Qu'avait-il fait pour mériter ça ? C'était injuste... Pourquoi il avait finit sur cette île ? Pourquoi il devait souffrir pour rien ? Il ne comprenait pas tout cela. Certes, Iris était un imbécile, mais il le préférait heureux plutôt que peiné. C'était bien mieux, quand il pouvait sourire, et sortir des imbécilités utopiques...  Il le préférait insouciant, comme il avait toujours été jusque là... Pas malheureux...

"Je..j'aimerais être plus proche de toi...mais je veux pas te forcer."

A nouveau, il avait parlé tout bas, sans vraiment réfléchir. Il lui avait déjà parlé ainsi. Et il savait que quand Iris parlait si bas, il ne se sentait pas bien... Doute, peur, ou tristesse, c'était plutôt mauvais signe. Et ce qu'il venait de dire était d'autant plus inquiétant. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il voulait se rapprocher de lui ? Il allait se blesser... Il ne devait pas... Et Haku ne voulait pas blesser Iris. Il savait que l'attirer dans son monde, lui parler honnêtement, l'exposer à ce qu'il avait traversé, cela ne ferait que du mal à l'araignée.
Il ne pouvait pas se confier à Iris, il ne pouvait pas être honnête avec ses propres sentiments. Bien-sûr qu'il aurait aimé être plus proche d'Iris lui aussi... Au moins pour pouvoir mieux le protéger, pour le rassurer, pour l'aider... Mais il ne voulait vraiment pas que la personne qu'il était sensé protéger puisse le mettre plus à jour, percer à nouveau ses défenses. C'était bien assez... Et il avait si peur de ces sentiments qui enflaient en lui. Il avait peur de ces pensées nouvelles, de cette dépendance... Il ne le comprenait pas, il n'en voulait pas. Il avait peur de faire du mal à Iris et de le perdre... Il en avait assez, il ne voulait plus rien perdre. Il ne voulait pas connaître ces sentiments nouveaux. Il avait trop peur... Et il ne pouvait même pas l'expliquer.

- On peut pas Iris, ça va mal se finir...

Si ils devenaient proches, Iris finirait tout seul, si il ne l'abandonnait pas avant... Il ne voulait pas lui dire. Pas lui dire qu'ils finiraient séparés dans une durée aléatoire. Que si ils se rapprochaient, Iris allait en souffrir, parce qu'il partirait. Il ne voulait pas lui avouer quoi que ce soit sur sa santé. Comme quoi il était faible, et qu'à force de tomber malade, il finirait détruit de l'intérieur. Et que l'échéance était imprévisible. Si ils n'étaient pas proches, il n'aurait pas à le dire, et quand le temps viendrait, il pourrait s'en aller, mais si ils devenaient proches, il finirait bien par devoir en parler...
Et il y avait tout ces sentiments qui les rendaient malades. Il savait qu'Iris l'aimait, et que peut-être que lui-même commençait à souffrir de la même maladie, mais c'était tellement étrange, inhabituel, que ça l'effrayait. Il s'en éloignait instinctivement.

- Désolé...

Il se sentait vraiment mal de devoir dire ça à Iris, que c'était impossible. Il y avait toujours une possibilité, mais il en avait peur. Et il voulait préserver Iris. Il se savait bien trop nocif pour les autres. Parce qu'il était un imbécile suicidaire à tendances dépressives... Et c'était pas vraiment le genre de personne qu'on accepterait pour se faire protéger...
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Mai 2017, 18:09
Invité
Invité


J'étais déchiré de l'intérieur par mes sentiments : D'un côté, je voulais vivre, tout tenter pour avoir une chance qu'Haku m'aime autant que je l'aimais, mais de l'autre côté, une part de moi savait que ça ne servait à rien, que je me ferais juste du mal si je continuais à nourrir ce genre d'espoir inutiles. J'étais perdu, et la manière dont les choses avançaient n'arrangeait pas du tout les choses, si j'avais juste pût m'enfuir, me changer les idées, courir pour me défouler, mais là, non, je ne voulais pas le laisser seul, je ne voulais pas qu'il croie que c'est de sa faute, je voulais juste..je ne savais pas ce que je voulais...Je savais bien qu'Haku resterait comme ça pour toujours, qu'il s'en voudrait toujours pour son passé, quoi que je fasse. J'entendis alors sa voix, aussi triste que la mienne.

"On peut pas Iris, ça va mal se finir..."

Je le regardais, déprimé. Il semblait l'être tout autant que moi, comme si en lui se passait le même genre de combat que dans mon esprit, une part réaliste anéantissant les rêves d'une part idéaliste, mais il ne méritait pas ça, il devrait avoir le droit d'oublier son passé, le droit de faire ce qu'il voulait, mais non, c'était juste impossible, et à cause de ça, la déprime me rongeait de l'intérieur, malgré tous les efforts que je faisais pour lutter contre, ça ne menait à rien. Sa voix parvenant à mes oreilles porta un nouveau coup à mon moral.

"Désolé..."

Je le regardais, lisant la détresse et la tristesse dans ses yeux d'émeraude, tout autant que moi, cette fatalité lui faisait du mal, je sentais que si les choses étaient différentes, si on étais pas tous les deux vus comme de simples monstres de foire, si on étais pas piégés sur cette île, on pourrait vivre heureux. Soudain, je vins lâcher, à bout de nerf à cause de tout ces événements.

"Haku...Je t'aime, je ne veux pas le nier, alors, je t'en prie, oublie cette histoire de passé, de meurtres, j'aimerais juste....qu'on soit heureux....ensembles."

Ces derniers mots avaient été hachés et accompagnés de larmes, mais je m'en foutais, je n'en pouvais plus de cette île de fou, je voulais juste une vie heureuse, rien de plus.
Dim 21 Mai 2017, 00:30
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Parfois, il songeait que c'était étrange. Comment la vie marchait. Elle jouait avec eux. Elle se fichait d'eux. Elle faisait tout ce qu'elle voulait de leurs vies. Ils n'étaient rien. Que des pions. Maintenant plus que jamais. Ils n'avaient plus aucun droit, ils étaient des biens meubles, et la seul chose qu'il était interdit de leur faire, c'était de les tuer. La meilleure chose qu'on aurait put leur offrir, à bien réfléchir. Rester sur cette île, c'était se promettre un avenir, où l'on souffrirait toujours un peu plus. Une longue torture, qui ne finirait peut être jamais. Dans quel but ? Pourquoi avait on crée cet endroit ? Pourquoi priver des criminels de leur humanité, de tous leurs droits...? Pour la science ?! Dieu sait qu'ils s'étaient bien fichus d'eux, en prétendant qu'ils deviendraient utiles. Ils ne servaient qu'à assouvir des délires malsains de types certainement pas mieux qu'eux. Des personnes qui en plus de leur être devenus supérieurs, aurait autant mérité cette situation qu'eux.

"Haku...Je t'aime, je ne veux pas le nier, alors, je t'en prie, oublie cette histoire de passé, de meurtres, j'aimerais juste....qu'on soit heureux....ensembles."

Ces mots, Iris les avait lâchés soudainement, en larmes, incapable de plus retenir sa douleur. Ces souvenirs, cette île, tout ce qui lui arrivait... La pauvre araignée devait être à bout. Et puis... Et puis... Il y avait ces mots... Tout ce que voulait Iris, c'était ne plus être seul, de pouvoir aimer, et être aimé en retour. Il ne méritait pas de subir tout cela. Il aurait dut mieux le protéger, mais... Pourquoi il souffrait tant en voyant Iris ainsi ? Il avait l'impression d'être déchiré de l'intérieur, d'être comme "bloqué", et tout tournait en rond dans sa tête, sans qu'il puisse trouver une solution pour faire cesser tout ça.
Et puis, à nouveau, il avait peur. Il ne pouvait rien faire. Pas dans ces conditions. Il fallait soigner Iris. Il fallait faire cesser cette maladie. Comment on soignait ça ? Comment ?! Il était désespéré. Il fallait un antidote. Pour qu'Iris souffre moins. Il en fallait un. Il fallait qu'Iris se soigne. Et il fallait qu'on le protège... Juste un peu encore...

- Désolé... Ça va mettre un peu de temps... Mais bientôt ça ira mieux... Bientôt tu seras guérit... Essaie de tenir bon jusque là...

Il voulait lui même se convaincre qu'il y avait quelque chose à faire encore. Et il voulait fuir. Parce qu'au delà de la douleur d'Iris, il y avait bien la sienne. Et sa peur. Toujours plus d'angoisses. Il avait envie de se boucher les oreilles à nouveau, de ne plus rien entendre, et de fermer très fort les yeux. Il voulait fuir Iris. Fuir ses sentiments.
Il ne pouvait pas regarder Iris. Il n'y arrivait pas. Et encore une fois, il faisait l'autruche. Il s'enfouissait sous le sol, parce qu'il avait peur. Parce qu'il ne connaissait pas, et que ça faisait trop mal. Parce qu'à l'issue de cette douleur, il y avait une possibilité qui ne lui avait jamais été auparavant offerte. Il ne pouvait pas, il ne voulait pas, il avait peur de céder à ces nouvelles choses, à cette maladie qui leur était commune. Il ne voulait pas entraîner Iris. Il allait lui porter encore plus malheur. Il allait lui faire encore plus de mal qu'en refusant de céder...
Il s'approcha un peu de son camarade, tendant timidement la main pour effacer les larmes d'Iris, à nouveau silencieux, les yeux baissés.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai 2017, 18:39
Invité
Invité


Je gardais le regard bas, ça ne servait à rien d'espérer ou de fondre en larme, je ne le changerais pas, je ne pouvais rien y faire, Haku ne changerait pas et moi non plus, je continuerais d'être triste et ce monde ne changera tout simplement pas, il restera froid, cruel et cynique. J'en avais juste marre, je voulais juste m'enfermer chez moi et tout oublier, oublier que j'aime quelqu'un, oublier que je ne suis rien d'autre qu'un animal de compagnie, moins qu'un animal. Mais chaque fraction de moi voulait se rapprocher d'Haku, l'enlacer, le protéger, profiter de chaque instant avec lui, mais rien n'y faisait, il me repoussait sans que je ne sache vraiment pourquoi. Soudain, je l'entendis hausser la voix.

"Désolé... Ça va mettre un peu de temps... Mais bientôt ça ira mieux... Bientôt tu seras guérit... Essaie de tenir bon jusque là..."

Je le regardais, il semblait aussi troublé que moi, les yeux rivés sur le sol, il pensait que ce n'était rien d'autre qu'une maladie, quelque chose qu'il fallait éliminer, mais l'amour ce n'était pas ça, si je souffrais, ce n'était que parce qu'il me repoussait, rien de plus, rien de moins, mais ça n'allait pas changer, et mon coeur ne pourra jamais battre au même rythme que le siens, peut être que si j'abandonnais tout simplement, je n'aurais plus mal. Peu à peu, je sentais sa main se passer sur ma joue, essuyant mes larmes, mais il ne disait rien, et ce silence était pesant, il me vrillait la tête comme un coup de marteau. Tout d'un coup, je me sentit brûler, bouillonner, exploser, quelque chose qui voulait sortir et qui choisit pile poil ce moment.

"Non Haku...Non...Ce n'est pas comme un rhume, ça ne va pas guérir tout seul si on patiente, ce n'est pas une maladie, c'est de l'amour...."

Je soupirais, je n'en pouvais tout simplement plus, je voulais m'enterrer et tout oublier, ne plus rien faire, ne plus penser à rien. Un ton plus bas, je marmonnait.

"Tu ne comprendra jamais à ce que je vois, autant que je me rende à l'évidence."
Jeu 25 Mai 2017, 00:24
avatar

Mon âge : 16 ans
En plus : Pas touche à Iris si tu veux pas finir en steak èwé

Mes posts : 108
Membre depuis le : 18/02/2017

Est-ce que c'était mieux ainsi ? Il était conscient que leur relation nageait au fin fond de la mer de l’ambiguïté. La désigner par un "bordel" ne serait même pas faux. Il n'y avait aucun sens à cela. Pourquoi c'était devenu ainsi ? Comment en étaient ils arrivés là ? Après tout, il y a quelques mois, ils n'étaient que des personnes s'étant croisées dans une ruelle, rien de plus. Et maintenant... Maintenant qu'est-ce qu'ils étaient ? Il ne savait plus vraiment. Avant, Iris était une personne lambda, dont l'avenir importait peu Haku finalement, mais maintenant... Si Iris venait à mourir, il n'y survivrait pas, c'était une certitude. Mais il ne parvenait pas à saisir depuis quand c'était ainsi ? Tout ça, c'était à cause de cette maladie... Il ne l'avait encore jamais connu, il ignorait comment lutter contre elle. Mais il voulait aider Iris à y échapper... Il devait y parvenir, qu'importe le prix...

"Non Haku...Non...Ce n'est pas comme un rhume, ça ne va pas guérir tout seul si on patiente, ce n'est pas une maladie, c'est de l'amour...."

Il n'avait jamais entendu Iris parler ainsi, et pourquoi aussi soudainement ? Il semblait agacé, au bout de sa patience. Pourquoi il s'énervait ? Ce n'était pas une maladie...? Mais si, s'en était une... Si ça fatiguait tant Iris, si ça faisait mal, c'était simplement parce que c'était une maladie. parce que c'était un dysfonctionnement, une anomalie à effacer, à détruire. Il fallait un remède... Il fallait aider Iris...
Et puis, l'araignée soupira, d'un air résigné. Était-ce parce qu'il abandonnait ? Mais quoi ? Face à la maladie ? Il allait mourir ? Si il abandonnait... Cela voulait dire que la maladie était trop avancée et qu'il allait y passer... Non ? Et d'un coup, il était à nouveau terrorisé. Il ne voulait pas qu'Iris disparaisse... Il n'avait pas le droit...

"Tu ne comprendra jamais à ce que je vois, autant que je me rende à l'évidence."

Il se sentait mal. Il ignorait pourquoi, mais au fond de lui, il se sentait à l'étroit. Il voulait bouger. Quelque chose le serrait, au fond de sa poitrine, et ça faisait mal. C'était toujours la même chose, il aurait dut ne jamais le perdre de vu... Iris allait disparaître, il ne pourra pas l'en empêcher... Et il n'avait rien compris depuis le début. Il ne comprenait jamais rien. Jamais rien. Il n'était qu'un imbécile, qu'un boulet, et il le savait.

- Uh, désolé, c'est vrai... Désolé...

Il se pensait inexcusable. Parce qu'on lui avait appris que tout était toujours entièrement de sa faute, et il était incapable de songer que les maux d'Iris et son incapacité à comprendre ce qui se passait vraiment n'étaient que le résultat découlant de diverses autres choses, et pas seulement de ses fautes. Mais maintenant, il était trop borné pour se montrer un minimum objectif. Et il se sentait coupable. Parce qu'après tout, dans sa tête, cela revenait au fait, c'était seulement de sa faute si Iris allait mal.
Il laissa tomber sa main de la joue d'Iris. Si il s'éloignait, cela voudrait dire qu'Iris avait une possibilité d'aller mieux, non ? Mais... Cela n'avait pas marché jusque là, non...? Il ne savait plus quoi faire. Il avait peur. Il ne pouvait pas gérer la situation. Et avant tout, avant d'être un imbécile, ou une ordure, c'était un enfant. Comment pouvait-il prétendre faire face à des questions plus adultes, alors  qu'on ne lui avait même pas laissé le moyen d'être un enfant ? Il devait brûler toutes les étapes ? A cet instant, il aurait vraiment souhaité bruler toutes ces étapes, arriver à la dernière, celle après laquelle il n'y a plus rien. Parce qu'il était couard, qu'il n'avait pas de solution, et qu'il ne voulait plus faire du mal à quelqu'un, et surtout pas Iris.

- Désolé. Au revoir.

Il aurait voulut dire "adieu", mais tout se mélangeait dans sa tête. Il avait trop mal pour le dire, comme si l'air lui manquait juste pour ce mot. Et il se sentait encore plus stupide. Était-ce l'espoir qui l'étouffait à ce moment ? Quelle ironie...! C'était bien le moment d'en avoir, de l'espoir ! Tout était déjà fichu ! Et pourquoi il n'arrivait à rien d'autre qu'à s'excuser, alors qu'il savait qu'on ne pouvait pas l'accepter ? C'était insensé... Définitivement insensé...
Il se releva simplement. Et quelque part, il se sentait peut être blessé qu'Iris ne le laisse pas l'aider, ou ne lui explique pas clairement en quoi il aurait put être utile. Mais quelle importance maintenant ? Il ne savait même plus. Tout ce qu'il avait en tête, c'était des pensées sombres qu'il ne cessait plus de faire tourner dans sa boîte crânienne.
Il s'éloigna donc, saisit par cet étrange sentiment de vide. Qu'est ce qu'il faisait ? Pourquoi ? Et d'un coup, c'était comme si il n'avait jamais rien accomplit.
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Fiche Technique de Haku D. Byakko
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Criminal :: La communauté :: Les anciennes histoires. :: Les rp's terminés.-
Sauter vers: