Vous pouvez voter pour le forum toutes les deux heures, ne soyez pas timides et votez !

Règlement
Contexte
Groupes
Bottin d'avatars
Prédéfinis
Partenariats
FAQ

Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Benjamin ! Pour votre information, je suis la fondatrice de ce forum ! Je suis absente pour le moment donc veuillez prendre contact avec un autre membre du staff.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Aurora N. ! Pour votre information, je suis administratrice sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problèmes ! Je suis disponible ici.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le pseudo Orson ! Pour votre information, je suis administrateur sur ce forum donc vous pouvez compter sur moi en cas de problème ! Je suis disponible ici.
Les rumeurs du mois



 

Partagez | 
 S T R E N G T H ✖ Orson
Dim 18 Juin 2017, 20:11
avatar

Mon âge : 43 ans
Je suis un : Hybride rebelle (ours brun)

En plus : 1m97, ~100kg. Instable.

Mes posts : 149
Membre depuis le : 05/05/2015

Orson
I'm not big on sermons - broken bones teach better lesson
Âge : 43 ans
Nationalité : Suédois
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Groupe : Hybride rebelle
Espèce : Ours brun
Puce (hyb.) : JN4444
Personnage sur l'avatar : Garrett Hawke - Dragon age
Double Compte ? : Iain Hunter
Code : J'aurai dit autre chose ♥️


Description physique
Disons que tu n'es pas l'être le plus discret qui soit. Tu es grand, tu es fort, et surtout ta puce ne fonctionne pas comme il le faut. La vie dans la nature aurait pu t'affaiblir mais n'a fait que te rendre plus fort. Avant d'être transformé en hybride, tu avais l'habitude de prendre soin de toi et tu as donc gardé une certaine musculature, désormais accentuée par ton hybridation. Du haut de ton mètre quatre-vingt-dix-sept, disons que tu surplombes la plupart des personnes. Tu dois peser presque une centaine de kilos, un vrai poids lourd qu'il ne vaut mieux pas énerver.

Ton corps est plutôt bien taillé et assez bien conservé malgré ton âge. Ton visage se vieillit et on peut apercevoir sans difficultés la fatigue et les rides qui s'y trouvent. Ton corps tout entier est couvert de cicatrices dont une assez imposante à peine complètement guérie au milieu du visage traversant ton nez que tu caches parfois avec de la peinture... ou du vrai sang selon les légendes.

Ton visage est dur, tes traits sont assez marqué, ton nez est droit et tu as des petits yeux au regard perçant. Tu n'as rien d'exceptionnel si ce n'est cette peinture rouge sang qui orne parfois ta face. À force de te voir ainsi, on trouve cela normal. Ta large mâchoire est cachée par une barbe d'au moins dix jours que tu n'entretiens que très peu, faute de temps. Ce n'est pas commun d'avoir accès à une salle de bains en étant un hybride sauvage. Alors tu fais avec et tu as l'air d'apprécier cette pilosité.

Tes cheveux d'une belle couleur ébène sont assez courts et surtout mal coiffés. Tu n'y prends pas soin et cela se voit, mais cela te donne également un air assez sauvage, de quoi te plaire. Il t'arrive parfois de passer une main dans ta touffe mais cela reste occasionnel puisque tu sembles avoir autre chose à faire. Tes prunelles, quant à elles, sont d'une couleur presque dorée, sûrement la plus belle chose que la nature t'ait donnée.

Concernant les vêtements, tu portes ce qu'on te donne. Ce n'est vraiment pas facile de s'habiller en étant un hybride, même si cela ne se voit pas que tu en es un aux premiers abords ; à part une forte pilosité, une force accrue, des griffes et des canines bien plus imposantes, difficile de croire que tu es un ours. Sur ton bras gauche se trouve un ancien tatouage que tu t'étais fait faire durant ta vie d'avant. Un symbole assez étrange, à l'encre rouge.

Description mentale
La captivité t'a changé ; elle t'a rendu fou. Complètement fou. Tu n'as plus conscience de rien et tu n'es plus qu'un animal carburant au sentiment de haine et de vengeance. Tu es un être très impliqué dans ce que tu fais et tu n'hésites pas à prendre beaucoup de risques pour montrer que tu existes et que tu ne comptes pas te laisser faire ni attraper par les traqueurs. Tu as vécu pas mal d'années en liberté et tu ne vois pas pourquoi cela changerait maintenant.

La douleur de la puce te rend encore plus violent et tu cèdes bien trop souvent à des pulsions que tu n'avais pas avant d'arriver sur l'île. Avant, tu étais si gentil, si aimable, maintenant tu te montres agressif au possible sauf envers les autres hybrides avec qui tu te montres étrangement plus compréhensif, aimant, et même sympa lorsque tu en as envie. Si, aux premiers abords, tu n'as pas l'air méchant, il faut savoir se méfier de toi car tu peux changer d'humeur en un rien de temps. Ce n'est plus toi qui es le maître ici mais plutôt tes sentiments qui prennent le dessus. Difficile pour toi de te contrôler.

Tu es quelqu'un d'assez têtu et tu ne changes que rarement d'avis. Tu es d'ailleurs assez radical, mettant tous les humains dans le même panier. Indomptable, tu es une bête sauvage. Il faut savoir te brosser dans le sens du poil mais personne n'est assuré de t'avoir dans sa poche lorsqu'ils ont réussi à gagner ta confiance (car tu peux revenir sur tes pas à tout moment.

Pour te protéger, tu n'hésites pas à montrer les dents et à parler avec les poings. Tu es un être dynamique et tu n'as pas froid aux yeux. Tu es quelqu'un d'assez bruyant et qui parle pour rien dire mais que veux-tu, tu dis ne pas le faire exprès. Tu as un humour assez douteux mais les personnes que tu fréquentes et que tu acceptes de laisser t'approcher ne sont pas déçus de toi, même s'ils craignent le jour où tu décideras que tu ne leur fera plus confiance.

Tout ça fait de toi quelqu'un d'assez solitaire, car on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Tu es un ours débrouillard et peut-être trop timide pour oser demander de l'aide lorsque tu en as réellement besoin. Au fond de toi, tu es quelqu'un qui se sent extrêmement seul, mais tu n'oses jamais avouer le fond de ta pensée.

Le tout fait de toi un être compliqué à comprendre et à analyser. Tu peux être étrangement sociable et te montrer violent le lendemain. Tu es du genre à juger au premier regard, mais ton instinct se trompe bien souvent, alors tu laisses toujours une chance à autrui de prouver qu'il est digne de te parler. Tu te prends un peu pour un prince alors que tu n'es rien d'autre qu'une vermine qui a besoin d'une révision.

Certains apprécient ta franchise même si la vérité n'est jamais facile à avaler ; tu as tout simplement horreur d'entretenir un mensonge et tant pis si cela déplaît aux autres, car ton intérêt passe avant celui de tout le monde. Tu ne vis que pour ta propre survie et tu profites de cette dernière comme tu le peux, tes pulsions provenant de tes anciens crimes remontant parfois, faute d'une puce fonctionnelle. Celle-ci continue de te faire souffrir lorsque tu vas trop loin, mais tu n'en as cure, bien que la douleur, comme dit plus haut, te rend encore plus fou ; elle n'a pas l'effet qu'on voudrait qu'elle ait.

Concernant tes goûts, tu as une forte préférence pour le sang et la viande fraîche. Tu as toujours voulu t'éloigner des légumes et cela n'a jamais été aussi vrai jusqu'à maintenant. Mais les fruits ne te dérangent pas, car tu adores le sucre, dommage pour toi, tu n'as pas l'occasion d'en manger souvent. Le sucre est, d'ailleurs, un excellent moyen de t'apprivoiser ; c'est peut-être ça la solution à ton agressivité, même si beaucoup en doutent. Le moindre petit plaisir, tu en profites jusqu'à la dernière goutte.

En revanche, tu as horreur qu'on vienne poser des questions assez intimes sur ta personne ; tu ne rentres jamais dans les détails quand tu parles de toi même si tu apprécies lancer quelques anecdotes sur ta vie de temps en temps. Tu es un très mauvais perdant et, par conséquent, perdre une bataille n'est jamais dans tes objectifs. Tu redoubles toujours d'efforts pour parvenir à tes fins et gagner chaque conflit.

Histoire
La vie ne t'a pas fait beaucoup de cadeaux. Toute ta vie, tu as dû te construire, te faire une identité, t'intégrer à la société. Tu as vu le jour en Suède. Tu n'es pas né dans une famille pauvre pour autant, une famille qui gagnait juste assez pour pouvoir vivre convenablement ; mais tes parents n'étais pas de ceux qui allaient t'aider. Ils te couvraient d'amour certes, mais jamais ils ne t'aidaient, sauf les premières années où tu dépendais vraiment d'eux.

Tu grandis donc jusqu'à être en âge d'aller à l'école. Ton premier jour fut parfait, pas d'emmerdes, tu étais déjà débrouillard depuis ta plus tendre enfance. Tu n'eus aucun mal à te faire des copains, à te faire un nom dans cette petite école. Ta vie n'a jamais été palpitante, tu n'as fait que suivre un chemin que tu dus toi-même te faire. Au moins, il y avait une bonne chose dans le fait d'avoir des parents peu aidants mais aimants : ils n'allaient pas te mettre la pression pour que tu deviennes médecin ou tout autre métier qui te permettrait de "vivre heureux", comme tu l'avais entendu de la bouche d'autres parents.

À l'adolescence, c'est là que les emmerdes commencèrent. Tu n'arrivais plus à suivre le programme et tu te laissas donc couler progressivement dans les difficultés. Tu restais un petit être adorable, aimant, mais tu n'osais pas demander à tes parents de l'aide. Ils ne t'avais jamais aidé, alors pourquoi le feraient-ils maintenant ? Malgré tout, tu craignais qu'ils ne soient déçu de toi.

Alors tu arrêtas d'aller en cours avant même d'avoir des diplômes. Triste vie pour un triste enfant en quête d'aide quelconque. Tes parents, sans étonnement, étaient déçus de toi, mais comprenaient ton choix. Mais jamais ils ne te tendirent la main pour te relever, non, c'était encore à toi de tout faire.

Tu enchaînas quelques petits boulots pour commencer à gagner de l'argent et devenir indépendant. Pas de quoi te payer une villa, mais tu grattas assez de fric pour partir loin de tes parents, pour te refaire une vie. Tu te pris d'affection pour le travail du métal. Il y avait comme une... connexion entre toi et celui-ci.

C'est sans attendre que tu te mis à la recherche d'un maître qui pourrait t'apprendre toutes les techniques pour devenir un forgeron. Cela te passionnait de plus en plus, et tu eus ce déclic en étant assez jeune pour que quelqu'un te prenne sous son aile. Tu contactas un maître qui accepta de te rencontrer pour voir si tu allais lui convenir. Toi, qui avait passé ta vie à te débrouiller, tu semblais assez fort pour pouvoir tout apprendre à ses côtés. C'est ainsi que tu devins son apprenti. Mais pour combien de temps ?

Les années passèrent, et tu pus apprendre un peu tout et n'importe quoi après avoir passé déjà quelque temps à couper du charbon ou nettoyer la forge. Cela venait au gré des commandes, et tu semblais bien te débrouiller ; le forgeron voyait en toi son successeur, puisqu'il commençait à se faire vieux. Toi, tu ne voulais pas qu'il te quitte, car il était devenu plus que ton maître : un ami. Un vrai qui écoutait tes problèmes, qui savait tout de ta vie.

Mais la vie, cruelle comme tout, décida de t'arracher ton ami des mains suite à un accident. Une perte qui te rendit malheureux, aigri. Un apprenti sans maître qui dut reprendre le flambeau et se débrouiller, encore une fois. L'artisanat n'avait plus de goût pour toi, du moins, jusqu'à ce que tu digères la nouvelle.

Trente-neuf ans, tu finis par craquer. Difficile pour toi de ne pas céder à des offres alléchantes ou à des pulsions suite à une isolation prolongée. Tu étais devenu bien trop solitaire, désagréable, et jamais tu ne cherchas à trouver de la compagnie et encore moins à prendre un apprenti puisque tu ne te considérais pas comme un véritable vétéran, ta formation ayant été écourtée de manière injuste. Tu étais devenu le parfait connard qu'on connaît tous, et tu étais à deux doigts de plonger dans la criminalité. Voir tous ces gens ensemble te rendait malade, tu étais jaloux, oui. Cela faisait longtemps que tu n'étais pas sorti de ton trou, et ça te faisait vraiment bizarre d'avoir à vivre ça.

Alors, en pleine nuit, tu te mis à agir. Tu suivis deux personnes jusque tard dans la nuit. Qui sait quelle bête t'avait piquée, mais elle ne t'avait pas ratée. Tu étais incontrôlable, et tu allais commettre l'impardonnable. Un viol, puis un autre, avant de tuer la première victime qui était sur le point d'appeler la police. Peut-être avais-tu trop bu cette nuit-là, où alors c'était pour toi le seul moyen de te calmer. Il n'empêche que les autorités ne tardèrent pas à te retrouver et à te jeter en prison.

Tu passas quelques semaines enfermé comme une bête de foire à attendre ton jugement. Jusqu'à ce qu'on te fasse une proposition : la mort ou... Servir à des fins scientifiques. Bien sûr, tu pensais qu'être un cobaye pendant un ou deux mois serait parfait pour sortir de prison plus vite que prévu. Mais tu n'as jamais pensé devenir ce que tu étais aujourd'hui. Racheter ta peine en devenant un hybride était sûrement la pire chose à faire ; tu aurais dû choisir la chaise le jour où on te l'a proposée.

On te jeta alors dans un bateau pour partir sur une île. Combien de temps tu voguas sur la mer ? Tu n'en savais rien. En tout cas, tu n'étais pas seul. Et quand tu arrivas sur l'île, on t'emmena immédiatement dans un grand bâtiment. Tu attendais ton tour, et, en tendant l'oreille, tu pouvais entendre des cris. Sauf que tu n'avais pas peur, tu étais un grand garçon. Enfin, jusqu'à ce qu'on vienne à toi pour te droguer. Tu t'étais beaucoup trop agité, et tu avais blessé un scientifique. Rien de grave en soit, mais ils doublèrent la dose pour t'empêcher de faire d'autres conneries.

Quelques heures plus tard, tu n'étais plus le même. Tu étais devenu un hybride. Et tu ne te souvenais de rien à ton réveil. Tu semblais perdu, à l'ouest, encore sous l'effet des drogues. On t'avait injecté de nombreuses choses et on avait tenté de te greffer des attributs mais ton corps rejeta toute tentative de greffe. Mais ton corps ne resta pas indifférent aux hormones et on ne sait quoi d'autre. En quelques jours à peine, ton corps a commencé à muter. Enfin, muter, c'était un bien grand mot ; tu gagnas quelques caractéristiques d'ours... Et aussi un peu le caractère.

Les gens pensaient te dresser, mais cela n'avait aucun effet. Tu jouais étonnement bien le cinéma, et ils crurent pouvoir te mettre en vente très peu. Tu restas néanmoins en captivité pendant un an et demi, jusqu'à ce que quelqu'un décide de t'adopter. Tu passas quelques temps avec lui, puis, pris de pulsions, tu le blessas gravement avant de réussir à t'enfuir. Cela faisait deux ans que tu étais sur cette île.

Tu échappas avec difficulté aux traqueurs qui cherchaient à attraper tous les hybrides comme toi. Tu étais destiné à devenir un cobaye de nouveau, ta puce ne fonctionnant que très peu. Dès lors que tu étais pris de pulsions de violence, la puce te faisait mal, mais pas assez pour t'empêcher tout acte barbare. Et tu vivais presque sous une peine constante, de quoi te rendre complètement barré. Tu avais beau te calmer, la douleur ne partait pas complètement.

Ta folie te mena directement dans le piège d'un traqueur qui te laissas une balafre en plein milieu du visage. Après une longue bataille, tu pus t'enfuir loin de lui, non sans difficulté. Épuisé, affamé, tu restais en cavale et tu ne comptais pas te laisser attraper.

Devant l'écran
Masked Cookie, 19 ans. Orson est la refonte de Louiza, qui est devenu un bel homme viril (OU PAS)

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin 2017, 21:32
avatar

Mon âge : 24 années
Je suis un : citoyen

En plus : je suis toute faible mais je suis un peu inconsciente

Mon maître : Moi-même !
Mes hybrides : Toi ?

Mes posts : 664
Membre depuis le : 10/07/2015

Tu es validé !

Hey, j'ai un secret à te dire ... Tu es validé. Ton avatar et ta race ont été automatiquement recensés. Maintenant que tu as fait le plus gros, il te reste encore quelques petites choses à demander et en plus, tu les connais !

Tu peux demander un rang : ici et un joli avatar par .
Tu peux faire ta fiche de relation ici. Bien sûr, tu peux également faire ta demande d'Esclave ici. Cependant, ce n'est pas parce que tu n'as pas d'Hybride que tu ne peux pas RP, c'est pourquoi, tu peux aller ici pour recruter un partenaire !

Une dernière chose .... Amuse-toi bien parmi nous ;)

_________________
« Ma voix résonne aux creux de tes oreilles en #730800 »

Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christopher William Orson Andrew Roland XIIIéme du nom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Criminal :: La communauté :: Pour vous présenter, c'est ici. :: Votre curriculum vitae. :: Les hybrides validés.-
Sauter vers: